Pour Aider les Malades

Téléchargez le cours : Le voyage au tambour

  1. N’oublie jamais la promesse de la Déesse, « Car l’extase est mienne ainsi que la joie sur terre », pour qu’il y ait toujours de la joie dans ton cœur. Accueille les gens avec joie, sois heureux de les voir. Si les temps sont durs, pense « Cela aurait pu être pire. J’ai au moins connu les joies du Sabbat, et je les connaîtrai encore. » Pense à la magnificence, à la beauté et à la Poésie des rites, aux êtres chers que tu y rencontres. Si tu penses sans cesse à cette joie intérieure, ta santé en sera meilleure. Tu dois essayer de bannir toute peur, car elle aurait sur toi de véritables conséquences. Cela peut nuire à ton corps, mais ton âme est au-delà de tout cela.

  2. Et n’oublie jamais, qu’aider les autres te fait oublier tes propres malheurs. Et si c’est un autre qui souffre, fais ce que tu peux pour détourner son attention de ses souffrances. Ne dis pas « Vous n’avez pas de douleur » mais, si tu le peux, administre des remèdes qui soulagent ainsi que ceux qui guérissent. Mais fais ton possible pour lui faire croire qu’il va de mieux en mieux. Instille en lui des pensées heureuses. Si tu peux simplement introduire cela dans le tréfonds de son esprit alors il en sera toujours convaincu.

  3. À cette fin, il n’est pas mauvais de laisser les gens penser que nous, qui sommes du Culte, possédons plus de pouvoir qu’en réalité. En vérité, s’ils croient que nous possédons plus de pouvoir que nous en avons réellement, nous possédons effectivement ces pouvoirs, de sorte que nous pouvons leur faire du bien.

  4. Tu dois essayer de te renseigner sur les gens. Si tu dis à un homme légèrement malade, « Vous êtes en meilleure forme. Vous serez bientôt rétabli, » il se sentira mieux, mais s’il est réellement malade, ou s’il souffre, le fait de Savoir qu’il est souffrant le fera douter de tes paroles à l’avenir. Mais si tu lui donnes un remède et que tu lui dis ensuite, « La douleur est en train de s’amoindrir, » parce que la douleur disparaît, la prochaine fois que tu lui diras, « La douleur est en train de disparaître, » il te croira et la douleur diminuera effectivement. Mais tu dois toujours le dire avec conviction, et cette conviction devra venir de ta propre certitude, parce que tu sais en toi-même que si tu peux aider son esprit de façon à ce qu’il te croie, ce sera vrai.

  5. Il est souvent mieux de les regarder exactement entre les deux yeux, comme si tes yeux transperçaient leurs têtes, en ouvrant tes yeux aussi grands que tu le peux et sans jamais ciller. Ce regard ininterrompu favorise l’endormissement du patient. S’ils montrent des signes de sommeil, dis : « Vous avez de plus en plus envie de dormir. Vous allez dormir, vous êtes fatigué. Dormez. Vos paupières sont lourdes. Dormez. » S’ils ferment leurs yeux, dis : « Vos yeux sont clos, vous êtes fatigué, vous ne pouvez pas ouvrir vos yeux. » S’ils ne peuvent les ouvrir, dis : « Vos bras sont lourds, vous ne pouvez plus les lever. » S’ils ne le peuvent pas, dis : « Je suis maître de votre esprit. Vous devez toujours croire ce que je vous dis. Lorsque je vous regarderai ainsi dans les yeux, vous vous endormirez et serez soumis à ma volonté, » puis dis-leur qu’ils dormiront et qu’ils se réveilleront revigorés, en se sentant bien mieux. Continue ainsi avec des remèdes qui soulagent et qui soignent, et essaie d’insuffler en eux le sentiment d’extase que tu ressens lors des Sabbats. Ils ne peuvent pas l’éprouver pleinement, mais tu peux leur ordonner : et de ressentir ce qui est dans ton propre esprit, et de tenter de se concentrer sur cette extase. Si tu peux leur dire sans risque que tu fais partie du Culte, ta tâche pourra en être facilitée. Et il serait bon de leur ordonner de le savoir seulement lorsque leur esprit est endormi, puis de l’oublier, ou du moins d’être incapable de le dire à quiconque lorsqu’ils sont réveillés. Le leur ordonner, s’ils te questionnent sans cesse à propos de la Sorcellerie ou des Sorcières, afin de les faire retomber dans le sommeil immédiatement, est une bonne façon de procéder.

  6. Si tu es tenté d’avouer, ou de te vanter de, ton appartenance au culte, garde toujours à l’esprit que tu mets en danger tes frères, car même si les feux de la persécution sont aujourd’hui éteints, qui sait s’ils ne seront pas rallumés ? De nombreux prêtres connaissent nos secrets, et ils savent bien que, même si l’intolérance religieuse a reculé, de nombreuses personnes souhaiteraient rejoindre notre culte. Et si la vérité était connue à propos de ses joies, les Églises perdraient du pouvoir, ainsi, si nous prenions de nombreuses recrues, nous pourrions déchaîner contre nous les feux de la persécution. Par conséquent, préserve toujours les secrets.

  7. Pense à la joie, pense à l’amour, essaie d’aider les autres et d’apporter de la joie dans leurs vies. Les enfants sont naturellement plus faciles à influencer que les grandes personnes. Efforce-toi toujours d’examiner les croyances actuelles des gens. Par exemple, plus de la moitié du monde croit au pouvoir des amulettes. Une pierre ordinaire n’est pas une amulette, mais si elle possède un trou naturel, c’est qu’elle doit être spéciale, donc si le patient a de telles croyances, donne-lui-en une. Mais d’abord, porte-la sur ta peau pendant quelques jours, contraint ta volonté à pénétrer en elle, pour guérir la douleur, se sentir en sécurité et chasser les peurs spécifiques des patients, et cette amulette pourra continuer d’imposer ta volonté en ton absence. Les maîtres des talismans le savaient très bien lorsqu’ils disaient qu’elles devaient être fabriquées dans un cercle, pour éviter toute distraction, et par quelqu’un dont l’esprit est entièrement tourné vers le sujet du travail.

  8. Mais garde ton propre esprit joyeux. Souviens-toi des Paroles de la Déesse : « Je donne d’inimaginables joies sur Terre, la certitude et non la foi, alors que vous êtes en vie ! Et au-delà de la mort, je donne la paix indicible, le repos et l’extase, et la promesse de votre retour. » Dans les temps anciens, nombre d’entre nous s’en sont allés dans les flammes en riant et en chantant, et donc nous le pouvons encore. Durant la vie, nous pouvons avoir joie et beauté, et dans la Mort, paix et promesse d’un retour.

  9. La Bible dit vrai, « Un cœur joyeux est un bon remède, mais un esprit abattu dessèche les os. » Mais tu ne parviens pas à avoir un cœur joyeux. Peut-être es-tu né sous une mauvaise étoile ? Je pense que les effets des astres sont surestimés, mais tu ne peux pas rendre un cœur joyeux sur commande, dis-tu. Mais au sein du Culte, tu le peux ; il existe des procédés secrets grâce auxquels ta volonté et ton imagination peuvent être influencées. Ces procédés agissent également sur le corps, et lui procurent de la joie. Ton corps est heureux, ainsi ton esprit l’est aussi. Tu vas bien parce que tu es heureux, et tu es heureux parce tu vas bien.

  10. La prière peut être utilisée avec de bons résultats si le patient croit que cela peut et que cela va fonctionner. Beaucoup de gens croient cela possible, pourtant ils ne croient pas que leur Dieu ou leurs Saints les aideront. Les prières à la Déesse nous aident, et tout particulièrement la Prière de la Corne Amalthéenne, car elle provoque une stimulation dans l’organisme ainsi que dans l’esprit.