Le Fouet et le Baiser

Téléchargez le cours : Le voyage au tambour

Invocation.

(Les pieds, les genoux et les chevilles doivent être étroitement liés pour retarder le flux sanguin.)

Fouetter 40 fois ou plus, pour faire picoter la peau, puis dire, pour invoquer la Déesse :

« Je te salue, Aradia, de la corne Amalthéenne
Déverse ta réserve d’Amour.
Je m’incline humblement Devant Toi !
Je t’invoque en dernier recours
Lorsque les autres Dieux sont déchus et méprisés.
Ton pied est pour mes lèvres !
Mes soupirs innés
S’élèvent, touchent ton cœur et s’y enroulent.
Alors prodigue,
Un Amour emprunt de compassion,
La plus charmante Pitié, descends
Et porte-moi chance, moi qui suis seul et abandonné. »

Demande à la Déesse de t’aider à obtenir ce que tu désires, puis employez à nouveau le fouet pour lier le sort. Ceci est très puissant contre la malchance et la maladie. Cette invocation doit être dite dans un Cercle, et tu dois être correctement préparé et bien purifié, avant et après l’avoir déclamée, afin de lier le sort. Avant de commencer, tu dois créer dans ton esprit une image très claire de ce que tu désires. Visualise-toi obtenant ton souhait. Sois sûr, dans ton propre esprit, de ce dont il s’agit exactement et de comment il peut être atteint. Ce sortilège m’a été enseigné il y a longtemps et j’ai constaté qu’il fonctionnait, mais je ne pense pas qu’il y ait une vertu spéciale dans ces paroles. N’importe quelles autres peuvent leur être substituées, à condition que celles-ci demandent l’aide de la Déesse (ou des Dieux), qu’elles énoncent clairement ce que tu désires et que tu en formes une image mentale claire ; et si cela ne fonctionne pas dans un premier temps, continue d’essayer jusqu’à ce que cela marche. Ton assistante, qui manie le fouet, doit connaître ton souhait, et doit également en former l’image mentale. Dans tous les cas, il convient mieux de commencer le travail de ce sortilège toi-même, pour qu’ensuite la fille prenne ta place et y travaille également ; et que tu la fouettes. N’essayez rien de difficile au début, et faites-le au moins une fois par semaine jusqu’à ce que cela fonctionne. Vous devez entrer en sympathie l’un avec l’autre, avant que quoi que ce soit ne se passe, et un travail régulier permet cela. Concernant les sortilèges, les mots exacts importent peu si l’intention est claire et si vous levez le véritable pouvoir, en quantité suffisante. Ils riment toujours. Il y a quelque chose de curieux avec les rimes. J’en ai fait l’expérience, les mêmes mots semblent perdre de leur pouvoir si l’on rate une rime. Lorsqu’ils riment, les mots semblent se prononcer tout seuls. Tu ne dois pas faire de pause pour te demander : « Qu’est-ce que je dois dire ensuite ? » Faire cela affaiblit considérablement ton intention.

L’ordre et la discipline doivent être maintenus. Un Grand Prêtre ou une Grande Prêtresse pourront et devront punir toutes fautes à cette fin, et tous les membres du Culte devront accepter de leur plein gré de telles corrections. Tous sont frères et sœurs, et c’est pour cette raison que même la Grande Prêtresse doit se soumettre au fouet. Chaque faute devra être corrigée séparément. Le Prêtre et la Prêtresse devront être correctement préparés et devront appeler le coupable pour le procès. Ils devront être préparés comme pour l’initiation et s’agenouiller, être instruits de leur faute et de la sentence. La punition devra être le fouet, suivi d’un gage tel que donner plusieurs quintuples baisers ou quelque chose de cette nature. Le coupable doit reconnaître l’équité de la punition en embrassant les mains et le fouet lorsqu’il reçoit le verdict et, une nouvelle fois, en remerciant pour la punition reçue. [Au début des années 1960, Gerald Gardner ajouta ce paragraphe aux Lois de l’Art.]

Le nombre de coups de fouet est de 3, 7, 9 (trois fois trois), et 21 (trois fois sept), soit 40 en tout. Il ne convient pas de faire moins de deux vingtaines d’offrandes [la flagellation] à la Déesse, car il s’agit là d’un mystère. Les nombres propices sont : 3 et 5. Car, trois ajouté à deux (le Couple Parfait) font cinq. Et trois et cinq font huit ; huit et cinq font treize ; treize et huit font vingt-et-un. Le Quintuple Baiser est appelé « 5 », mais il s’agit de 8 baisers, car il y a 2 pieds et 2 genoux et le sexe et les 2 seins et les lèvres. Et 5 fois 8 font deux vingtaines. En outre, les nombres propices sont 3, 7, 8 et 21*, qui font un total de 40, ou deux vingtaines. Car chaque homme et chaque femme possèdent dix doigts et dix orteils, et chacun en a vingt au total. Et un couple parfait fait deux vingtaines. Ainsi, un nombre inférieur ne saurait être une parfaite prière. S’il est nécessaire d’en faire davantage, il faut parvenir à un nombre parfait, comme quatre vingtaines ou six vingtaines. Il y a également les Huit Armes Élémentaires.

Pour fabriquer l’huile d’onction, prends des pots vernissés remplis pour moitié de graisse ou d’huile d’olive. Mets de la menthe douce dans l’un, de la marjolaine dans un autre, du thym en poudre dans un troisième, et si tu peux t’en procurer, du patchouli, des feuilles séchées et pilées. Place les pots au bain-marie. Mélange et laisse cuire pendant plusieurs heures, puis verse dans des sacs en toile, exprime la graisse dans les pots à travers ce linge et remplis à nouveau de feuilles fraîches. Après avoir fait cela plusieurs fois, la graisse sera fortement parfumée. Puis, mélange-les toutes ensemble et conserve-les dans un bocal hermétique. Oindre derrière les oreilles, sur la gorge, les aisselles, les seins et le ventre. En outre, pour toutes les cérémonies où les pieds sont embrassés, ces derniers doivent être oints.