Accueil / Liber Umbrarum / Le rituel de Sabbat

Le rituel de Sabbat

Inscription au cours : Wicca fondation

Extrait du Liber Umbrarum, de Doreen Valiente. Traduction & adaptation Lune.

Ndlt : J’ai traduit le credo des sorcières sans chercher à le faire rimer. Quand j’aurai terminé de traduire le Liber Umbrarum, je tenterai d’en faire une version rimée la plus proche possible du sens littéral. Il existe déjà une traduction qui a été réalisée par Cédric Lelièvre, mais bien sûr pour obtenir le bon rythme et les rimes, il a du réécrire de nombreux vers et finalement leur sens est assez éloigné de l’original. Ce qui n’est pas une critique de ma part, juste une observation. D’ailleurs, je vous encourage à lire sa version et à l’utiliser si elle vous convient.

Le rituel

Formez le cercle de la manière habituelle. Puis, tenez-vous devant l’autel et dites :

Gloire au Sabbat de ____  (donnez le nom du sabbat dont il est question). Prêtez attention au Credo des Sorcières :

Déclamez ensuite le Credo des Sorcières, comme suit, en lisant dans votre Livre des Ombres :

Le Credo des Sorcières

Écoutez ici les paroles des Sorcières,
Les secrets que nous avons cachés dans la nuit,
Lorsque l’obscurité était la voie de notre destinée,
Qu’à présent nous ramenons à la lumière.

L’eau mystérieuse et le feu,
La terre et le vaste souffle de l’air,
Par la quintessence cachée, nous les connaissons,
Et nous le voulons et nous nous taisons et nous osons.

A la naissance et la renaissance de toute la nature,
Au passage de l’hiver au printemps,
Nous communions avec la vie universelle,
Nous nous réjouissons dans le cercle magique.

Quatre fois dans l’année, le Grand Sabbat
Revient, on voit les sorcières
Danser aux Premières Récoltes et à la Chandeleur,
La Veille du Jour de Mai et l’ancienne veille de la Toussaint.

Lorsque le jour et la nuit sont égaux,
Lorsque le soleil est à son zénith ou son nadir,
Les quatre Sabbats Mineurs sont convoqués,
A nouveau, les sorcières se réunissent pour les célébrer.

Treize lunes d’argent dans une année,
Treize constitue l’ensemble du coven.
Treize fois l’Esbat pour se réjouir,
Dans une année d’or et un jour.

Le pouvoir a été transmis à travers les âges,
Chaque fois, entre une femme et un homme,
Chaque fois, d’un siècle à l’autre,
Avant le début des temps et des âges.

Lorsque le cercle magique est tracé,
Par l’épée ou l’athamé de pouvoir,
Entre les deux mondes se situe son rayon,
Aux Pays des Ombres, pour cette heure.

Ce monde-ci n’a nul droit de le savoir,
Et le monde au-delà ne dira rien.
Les plus anciens des Dieux y sont invoqués,
Le Grand Œuvre magique est accompli.

Car deux sont les piliers mystiques,
Devant la porte du sanctuaire,
Et deux sont les pouvoirs de la nature,
Les formes et les forces divines.

Successivement obscurité et lumière,
Opposées l’une à l’autre,
Manifestées comme un Dieu et une Déesse :
C’est ce que nos ancêtres enseignaient.

La nuit, il est le cavalier du vent sauvage,
Le Cornu, le Seigneur des Ombres.
Le jour, il est le Roi de la Forêt,
L’habitant des clairières du bois vert.

Elle est jeune ou vieille à sa guise,
Dans sa barque, elle vogue sur les nuages qui se déchirent,
La lumineuse dame d’argent de minuit,
La vieille sorcière qui, dans le noir, tisse les sortilèges.

Le maître et la maitresse de la magie
Habitent les profondeurs de l’esprit,
Immortels et toujours renouvelés,
Avec le pouvoir de libérer ou de lier.

Ainsi buvons le bon vin aux noms des Dieux Anciens,
Et dansons et unissons-nous en leur honneur,
Jusqu’à ce que le beau Pays d’Elphame nous accueille
Dans la paix, à la fin de nos jours.

Fais Ce Que Tu Voudras, c’est le défi,
Ainsi soit-il, dans l’Amour, nul ne blesse,
Car c’est l’unique commandement.
Par l’ancienne Magie, ainsi soit fait !

Puis prenez le pentacle et faites un tour de cercle dans le sens des aiguilles d’une montre, brandissez-le aux quatre directions, est, sud, ouest et nord, et répétez à chaque fois :

Huit mots pour accomplir le Credo des Sorcières :
Si cela ne nuit à personne, fais ce que tu veux !

Replacez le pentacle sur l’autel et frappez une fois sur la cloche, écoutez le son jusqu’à ce qu’il meurt.

A présent, effectuez une danse lente, en silence, pendant trois tours de cercle dans le sens des aiguilles d’une montre, en portant la baguette dressée comme symbole phallique. En complétant le premier tour de cercle, touchez le plateau de terre avec la baguette et dites :

Vie pour la terre !

En complétant le deuxième tour de cercle, touchez le chaudron d’eau avec la baguette et dites :

Vie pour l’eau !

En complétant le troisième tour de cercle, agitez la baguette dans les airs et dites :

Vie pour l’air !

Vie, chance et amour pour tous les païens !

Puis replacez la baguette sur l’autel et commencez la ronde avec le chant, suivie par la Communion des Cinq Sens, comme pendant l’Esbat.

Brûlez plus d’encens si nécessaire et encensez le tour du cercle, dans le sens des aiguilles d’une montre, levez l’encens aux quatre directions.

Ensuite, effectuez le travail magique que vous souhaitez, par exemple, la consécration d’objets rituels, catoptromancie, divination ou la réalisation de sortilèges. Concluez les célébrations en faisant l’amour dans le cercle, si vous le souhaitez, comme pour l’Esbat. Défaites le cercle de la manière habituelle.