Warning: getimagesize(): Peer certificate CN=`*.phpnet.org' did not match expected CN=`www.le-sidh.org' in /home/users/l/lesidh/www/lesidh/wicca/wp-content/themes/graphy-sidh/functions.php on line 15

Warning: getimagesize(): Failed to enable crypto in /home/users/l/lesidh/www/lesidh/wicca/wp-content/themes/graphy-sidh/functions.php on line 15

Warning: getimagesize(https://www.le-sidh.org/wicca/wp-content/uploads/2015/07/gg.jpg): failed to open stream: operation failed in /home/users/l/lesidh/www/lesidh/wicca/wp-content/themes/graphy-sidh/functions.php on line 15

L’imagination débridée de Gardner

Téléchargez le cours : Le voyage au tambour

Extrait de 50 years of Wicca par Fred Lamond. Traduction Fingen.

Une imagination débridée

L’invocation des « Anciennes Lois de l’Art » par Gerald dans sa lettre à Doreen, qui lui suggère de démissionner de sa fonction de Grande Prêtresse, n’est que l’exemple d’un comportement créatif retors vis-à-vis de la vérité factuelle.

Après la scission, le coven de Doreen a demandé s’ils pouvaient continuer de se réunir dans le cottage des sorcières, au club nudiste de Fiveacres, jusqu’à ce qu’ils aient trouvé leur propre local. Gerald aurait pu répliquer : « Le club de nudiste et le cottage sont ma propriété. Si vous n’êtes pas disposés à ritualiser avec moi, vous ne pouvez pas ritualiser sur ma propriété ! » Au lieu de cela, il leur a répondu : « Il existe une ancienne loi datant du Temps des Bûchers » (l’une de ses expressions favorites) « qui, pour des raisons de sécurité, dit qu’aucun coven sorcier ne peut se réunir à moins de 40 km l’un de l’autre. »

La nouvelle Grande Prêtresse Dayonis avait un visage d’elfe semblant tout droit sorti d’un dessin d’Arthur Rackham. Gerald déclara aux journalistes qu’elle venait d’une famille de sorcières héréditaires, alors qu’il s’agissait d’une famille juive arménienne résidant à Cardiff. Ayant eu connaissance, par son intermédiaire, de quelques autres bobards de Gerald, je me demandai alors, à peine huit semaines après mon initiation, si ce vieil imposteur avait également inventé entièrement la sorcellerie.

J’ai eu trois jours difficiles avant qu’une voix intérieure ne me dise : « Peu importe ! L’Art fonctionne pour toi. Les rituels d’initiation t’ont mené à un contact spirituel permanent avec l’éternelle Déesse, d’abord rencontrée dans les bras de ton premier amour, et les sorts semblent toujours atteindre les résultats souhaités. Est-ce important si les rituels qui t’ont conduit jusqu’ici sont vieux de trois ans ou de trois mille ans ? » Ces doutes et leurs réponses condensés en huit semaines auraient été dix années d’évolution spirituelle si Gerald avait été un enseignant plus crédible.

Ainsi rassuré, je me suis interrogé plus calmement pour savoir si Gerald avait inventé l’Art ou s’il avait été initié, comme il le disait, dans un coven préexistant. J’ai trouvé que le système Wiccan avait une profondeur et une cohérence que je n’avais pas découvertes en Gerald, à moins qu’il n’ait gardé la lumière sous le boisseau pour nous forcer à penser par nous-mêmes. Par la suite, Dayonis et Jack Bracelin ont également rendu visite à Dafo, confirmant ainsi son existence. Plus récemment, les recherches sérieuses entreprises par Ronald Hutton et Philip Heselton ont aussi confirmé l’existence de la Rosicrucian Fellowship of Crotona et du coven de la New Forest.

Récemment il m’est venu à l’esprit que ces mensonges factuels pouvaient néanmoins avoir contenu des vérités mythiques. Il est presque certain qu’il n’existe aucune lignée initiatique ininterrompue entre des sorcières des campagnes du moyen-âge (sans même parler de l’Âge de Pierre) et notre coven, mais il existe un lien entre elles et nous au niveau de l’inconscient collectif humain. Et les femmes qui, comme Dayonis, avaient le profil parfait de la jeune sorcière envoûtante devaient peut-être leur charisme à une incarnation précédente de prêtresse ou chamane. Mais, que voudrait savoir un journaliste contemporain de l’inconscient collectif et de la croyance en la réincarnation ?

Gerald Gardner était aussi un homme de son temps, et tous les mouvements ésotériques de la fin du XIXe siècle et du début du XXe étaient encore influencés par la croyance chrétienne selon laquelle toute vérité est un héritage du passé. La Franc-Maçonnerie, au sein de laquelle Gerald fut initié en 1909, affirme faire remonter leur connaissance des arcanes jusqu’à Hiram, l’architecte du Temple de Salomon, alors que la Franc-Maçonnerie spéculative est apparue pour la première fois au XVIe siècle, en Écosse. René Guénon, l’ésotériste français, se voyait lui-même comme un « prêtre de l’Ordre du roi Melchisédech. » Et les fondateurs de l’Ordre de la Golden Dawn affirmaient avoir reçu une charte pour le créer de la part d’une initiée rosicrucienne allemande, Fräulein Sprengel. Ainsi, il n’est pas étonnant que Gerald ou le coven de la New Forest aient décrit le mouvement du renouveau de la sorcellerie comme étant issu d’une longue lignée d’initiations.