L’huile d’onction et l’onguent

Pour aller plus loin : visitez notre page de téléchargements

Outil rituel : l’Huile d’Onction
Par Lune © 2008-2014

Dans la wicca traditionnelle, l’huile d’onction est réalisée à partir d’huile d’olive. Le Livre des Ombres nous indique comment procéder :

Pour fabriquer l’huile d’onction, prends des pots vernissés remplis pour moitié de graisse ou d’huile d’olive. Mets de la menthe douce dans l’un, de la marjolaine dans un autre, du thym en poudre dans un troisième, et si tu peux t’en procurer, du patchouli, des feuilles séchées pilées. Place les pots au bain-marie. Mélange et laisse cuire pendant plusieurs heures, puis verse dans des sacs en toile, exprime la graisse dans les pots à travers ce linge et remplis à nouveau de feuilles fraîches. Après avoir fait cela plusieurs fois, la graisse sera fortement parfumée. Puis, mélange-les toutes ensemble et conserve-les dans un bocal hermétique. Oindre derrière les oreilles, sur la gorge, les aisselles, les seins et le ventre. En outre, pour toutes les cérémonies où les pieds sont embrassés, ces derniers doivent être oints.

Personnellement, j’utilise un onguent à la place de l’huile d’onction. Parce que c’est plus pratique, ça ne coule pas partout et c’est plaisant à fabriquer. Je fais fondre un peu de cire d’abeille à laquelle je mélange de l’huile d’amande douce. L’amande est un antique et charmant symbole de fécondité, d’amour et d’abondance. Ce n’est pas un hasard si aujourd’hui encore, les mariés offrent à leurs invités des dragées aux amandes. D’ailleurs sa forme suggère le sexe féminin.

A ce mélange, j’ajoute :

  • soit des huiles essentielles de mon choix en prenant soin d’éviter celles qui seraient susceptibles d’irriter la peau et en choisissant la fragrance qui sied le mieux à l’événement ;
  • soit des plantes et fleurs séchées, gousses, graines, que je filtre après un certain temps.

J’explique comment je procède dans cet article, suivez le lien.

J’adapte l’huile d’onction en fonction des buts recherchés au cours des rituels. Par exemple, à Samhain, j’utilise un onguent à base d’armoise et d’absinthe que j’ai récolté à la Saint Jean quand cela est possible, ou à une autre date magique. L’armoise et l’absinthe sont des herbe traditionnelles de la Toussaint. A vous d’adapter selon vos besoins.

Toujours dans un contexte traditionaliste, un symbole spécifique est tracé sur le corps nu.

  • Sur une sorcière du premier degré, le grand prêtre tracera un triangle inversé.
  • Sur une sorcière du second degré, le grand prêtre tracera un pentagramme inversé.
  • Sur une sorcière du troisième degré, le grand prêtre tracera un pentagramme surmonté d’un triangle.

Personnellement, j’aime beaucoup la méthode de Paul Huson (extraite du livre Guide pratique des sorciers, sorcières et couvents de sorciers) :

Pour vous oindre d’huile sabbatique, frottez d’un peu d’huile la plante de vos pieds, votre périnée, vos poignets et vos tempes en psalmodiant l’incantation suivante :

« Emen Hétan ! Emen Hétan !
Je suis à toi, tu es à moi,
Je n’a rien qui ne soit tien.
Par ton nom (celui du dieu si vous êtes une femme ; de la déesse, si vous êtes un homme)
Regarde ton serviteur (ta servante) qui se prépare.
Je voudrais avoir ta grandeur un jour !
Être grand (e) et être toi, être toi et être grand (e) ! »

Vous savez maintenant qu’il s’agit là d’une simple formule d’identification avec la divinité des mages et des sorcières ; vous affirmez en même temps votre volonté d’acquérir la puissance, la sagesse ou l’amour, selon la voie que vous avez choisie.