Warning: getimagesize(): Peer certificate CN=`*.phpnet.org' did not match expected CN=`www.le-sidh.org' in /home/users/l/lesidh/www/lesidh/wicca/wp-content/themes/graphy-sidh/functions.php on line 15

Warning: getimagesize(): Failed to enable crypto in /home/users/l/lesidh/www/lesidh/wicca/wp-content/themes/graphy-sidh/functions.php on line 15

Warning: getimagesize(https://www.le-sidh.org/wicca/wp-content/uploads/2019/03/imagination-2699130_640.jpg): failed to open stream: operation failed in /home/users/l/lesidh/www/lesidh/wicca/wp-content/themes/graphy-sidh/functions.php on line 15

Techniques d’analyse pour intervention sorcière

Inscription au cours : Wicca fondation

Par Phil Hine. Traduction & adaptation : Lune.

Je pense parfois que tenter d’influencer une situation par la sorcellerie s’apparente à de l’acupressure : pressez le bon endroit et vous obtiendrez le résultat désiré. Cependant, le problème est que ce « bon endroit » n’est pas toujours évident à trouver tout de suite, qu’il peut bouger d’un moment à l’autre et la prochaine fois que vous tenterez la même procédure, il est peu probable que vous le retrouviez là où vous l’aviez laissé.

Il existe une tendance naturelle chez les magiciens, lorsque nous sommes confrontés à une situation qui semble mériter une intervention sorcière de notre part, nous agissons plutôt sur l’impulsion du moment. Cela peut aboutir à une situation dans laquelle nous nous « précipitons » et que nous tentons de modifier sans chercher à en savoir le plus possible à son sujet. Puisqu’un homme averti en vaut deux, je pense qu’un ensemble de techniques d’analyse de la situation, pour brosser de celle-ci un tableau aussi complet que possible, est profitable quand on agit pour obtenir des résultats magiques (comme « tirer à l’aveuglette » ou viser la cible désirée peut faire toute la différence.)

Il y a quelques années, un client m’a demandé de favoriser magiquement une personne qui se présentait devant un tribunal pour un certain nombre d’accusations. On m’a fait un résumé sommaire de la situation et on m’a demandé de cibler le dénouement « idéal », c’est-à-dire l’abandon pur et simple de toutes les charges. Je sentais que, d’une manière ou d’une autre, on ne m’avait pas raconté toute l’histoire. C’est pourquoi j’ai demandé à un ami, qui est un super bon médium, de tirer le tarot à propos de la situation dans l’espoir que nous puissions découvrir ses « variables cachées ». Les tirages de mon ami ont permis de réunir pas mal de renseignements, qui ont tous été confirmés ensuite par mon client. Maintenant informé, il était ainsi pour moi peu probable que toutes les accusations soient « rejetées ». Par la suite, j’ai ciblé un dénouement que je jugeais plus raisonnable, compte tenu des circonstances de l’affaire.

Là où je veux en venir, c’est que les situations sont souvent beaucoup plus complexes et moins claires que ce que nous voudrions bien croire, en particulier quand nous commençons à nous précipiter sur notre baguette. J’ai le sentiment qu’un élément clef pour une sorcellerie efficace ne consiste pas tant à recourir à « la magie » pour régler un problème, mais plutôt de savoir à quel stade vous allez en tirer parti et comment vous avez la mettre en œuvre.

Fra. GosaA et moi-même avons une amie commune qui était en couple depuis de nombreuses années et qui a sombré dans la dépression à la suite de sa séparation. Elle a cessé de sortir et semblait avoir perdu beaucoup de sa confiance en elle-même. Nous avons pensé qu’il lui serait bénéfique d’avoir de nouvelles personnes intéressantes dans sa vie et nous avons décidé de jeter un sort dans ce but. Si l’on ne sort pas pour entretenir une vie sociale, nos chances de rencontrer des « gens intéressants » deviennent très minces. En outre, si l’on se sent émotionnellement vulnérable et que l’on manque de confiance en soi, il est peu probable que l’on tire parti de toutes les occasions favorables pour faire bonne impression. Notre priorité a donc été de créer un sort progressif qui « a titillé » l’estime personnelle de notre cible et une fois que celle-ci a eu retrouvé un certain niveau d’estime de soi, le sortilège a commencé à œuvrer dans d’autres directions, en se déployant en de nombreuses et différentes variables de l’affaire simultanément.

1. Employer des techniques divinatoires

Les systèmes de divination peuvent être extrêmement utiles lorsqu’on se prépare à intervenir/influencer une situation par le biais d’un acte de sorcellerie. Les domaines dans lesquels leur utilisation est particulièrement intéressante sont :

a. Nos motivations personnelles

Il peut être très utile d’examiner nos propres motivations avant d’intervenir, en particulier si d’autres personnes sont impliquées dans l’affaire (par exemple, si vous travaillez pour le compte de quelqu’un d’autre.) En remettant en question mon point de vue personnel sur une affaire donnée, grâce à une série de divinations, j’ai parfois découvert que le résultat que j’escomptais m’avait rendu aveugle à d’autres solutions possibles (notamment à propos de la façon particulière dont j’avais abordé le problème et sans me demander s’il convenait que je m’implique dès le départ.) Une fois, je me souviens avoir reçu un appel angoissé d’un ancien partenaire qui affirmait être sous l’influence d’une « malédiction runique » envoyée par un autre ex-partenaire. Totalement immergé dans la Goétie de Salomon à l’époque, j’ai lancé un groupe de démons en direction de la source supposée de la malédiction runique, sans me poser pour réfléchir à la situation de manière plus approfondie. Bien sûr, il s’est avéré que les faits ne correspondaient pas vraiment à ce que l’on m’avait raconté de la situation, pas plus qu’à mes conclusions hâtives !

b. La situation/l’événement

De multiples façons, la divination peut vous permettre de compléter vos informations d’une situation donnée. Par exemple, vous pouvez utiliser le Tarot pour rechercher des « aspects cachés » pour ensuite réaliser un tirage complémentaire sur ces découvertes. Il vous est possible de découvrir comment différents aspects d’une situation se raccordent parfois de façon peu évidente, ainsi que les conséquences probables de cette situation sous divers scénarios. Si vous vous sentez particulièrement courageux, vous pouvez toujours demander si votre intervention magique est susceptible d’influencer favorablement l’issue.

c. Profil de personnalité

Si vous possédez peu de détails sur les individus clefs d’une situation, vous pouvez créer « un profil de personnalité » à l’aide de systèmes divinatoires (le thème astrologique peut être utile dans ce cas) qui peuvent être employés pour établir des pronostics sur les comportements des individus, leur attitude, etc. Ce type de profilage peut être très utile si vous recherchez des points faibles d’un point de vue psychologique.

_________________________________

2. Autres approches directes de la « magie »

Outre les systèmes divinatoires tels que le tarot, les runes ou le I Ching, il existe d’autres techniques magiques qui peuvent devenir des sources de discernement analytique.

Intuition

Au fil des années, j’ai constaté que mon intuition s’était beaucoup développée et que je l’ignorais à mes risques et périls. Toutefois, trop compter sur son intuition peut être dangereux en soi. Avoir une intuition à propos d’une situation ne devrait pas être un obstacle si l’on tient en compte les autres perspectives et possibilités. De plus (et comme beaucoup d’autres pratiques magiques, c’est une affaire personnelle), j’aime bien pouvoir déterminer (parfois avec un peu de recul) ce qui « motive » les explications. Vous pouvez entraîner votre intuition pour qu’elle vous serve plus efficacement, et pour prendre du recul par rapport à la situation et l’examiner objectivement (plutôt qu’en y restant empêtré), ce qui peut ici être un bon point de départ.

Oracles

Vous pouvez rechercher des oracles sous de nombreuses formes (vous pouvez métaprogrammer vos rêves avec des sigils ou des serviteurs, parler avec les esprits lors de visions, interroger une entité astralement ou par l’intermédiaire de quelqu’un). Par exemple, Wade Davis cite le cas d’une sorcière haïtienne qui obtient des conseils sur les plantes à utiliser pour un travail de guérison par le loa approprié, lors d’une possession. J’ai reçu (certes, rarement) des « indices » sur la manière de mener un travail spécifique, de la part d’un esprit familier, mais je ne voudrais pas compter uniquement sur une telle source.

_________________________________

3. L’analyse S.W.O.T1

L’acronyme SWOT signifie :

  • STRENGTHS (forces),
  • WEAKNESSES (faiblesses),
  • OPPORTUNITIES (opportunités),
  • THREATS (menaces).

Il peut être utile d’analyser une situation d’après ces 4 points.

Forces

Ici, vous examinez les points forts de votre position, c’est-à-dire le résultat (tout élément présent à la situation qui facilitera la manifestation de votre « énoncé de mission. »)

Les informations sur lesquelles vous pouvez vous concentrer ici, en particulier. Notamment, tout ce que vous savez/pouvez déduire, etc. à propos des émotions/comportements/attitudes de tous les individus impliqués, dans quelle mesure les délais peuvent-ils jouer un rôle dans la situation (c’est-à-dire serait-il plus efficace de laisser reposer la situation pendant un mois plutôt que d’y travailler immédiatement ?), comment des événements en marge de la situation pourraient s’avérer utiles.

Il y a un autre élément à prendre en considération. En tenant compte de votre énoncé de mission, quelles sont les voies disponibles pour que le résultat se manifeste ? Si vous vous apprêtez à provoquer la faillite d’une multinationale qui s’intéresse de près à la transformation de votre site sacré local en parking, avez-vous identifié les possibles points faibles de sa structure ? Faire légèrement « vaciller » ses bases pourrait précipiter sa chute. Ou, à une autre échelle, si vous pratiquez la magie pour rencontrer le garçon/la fille/le pingouin de vos rêves, faites-vous quelque chose pour permettre à un tel parangon de sortir de vos rêves pour entrer dans votre vie ?

Faiblesses

Quant aux faiblesses, vous devriez envisager tout ce qui « affaiblit » la probabilité du résultat auquel vous travaillez, qui est en cours. C’est peut-être le moment d’examiner votre désir de résultat et de déterminer si vous n’avez pas visé trop haut, du moins dans un premier temps. Et si, par exemple, vous aviez vu trop grand ? Est-il irréaliste d’attendre un résultat immédiat alors que les contraintes de la situation semblent indiquer un dénouement lent et progressif ? Peut-être est-il déraisonnable de chercher à influencer d’autres personnes d’une manière qui est en totale contradiction avec ce que vous connaissez de leur personnalité ? Il se pourrait bien que la façon dont vous avez défini votre « énoncé de mission » représente en elle-même une faiblesse.

Opportunités

A propos des opportunités, envisagez toutes les stratégies qui peuvent affiner votre sortilège ou ouvrir sur de nouvelles possibilités. Est-ce que la cible de votre mécontentement est sur le point de se rendre à l’hôpital pour subir une intervention chirurgicale mineure ? Est-ce que la personne que vous avez aidée magiquement à décrocher de l’héroïne est sur le point d’entrer en clinique ? Avez-vous un lien matériel avec la personne que vous essayez de guérir ou une photographie qui permettrait à d’autres personnes de vous aider dans votre tentative ?

Menaces

Ici, vous examinez quelles seraient les conséquences possibles si votre sortilège n’agissait pas de la manière escomptée. En outre, qu’arriverait-il s’il se produisait un changement soudain que vous n’avez pas envisagé ? Vous vous apercevrez peut-être que vous ne pourrez concevoir des scénarios possibles de « menace » qu’en de très rares occasions. Mais cela aura une certaine incidence, notamment en ce qui concerne les magies maléfiques. Je connaissais un magicien qui envisageait sérieusement de lancer une malédiction de mort sur un proche, mais qui a fait marche arrière lorsqu’on lui a dit qu’un « accident de voiture bref et net » était peu probable, mais que compte tenu des antécédents médicaux de la cible, un cancer en phase terminale serait bien plus susceptible de donner le résultat escompté. La « menace » ici est que le sorcier a pris conscience de ne pouvoir vivre en assumant d’avoir provoqué un cancer au stade terminal chez un proche !

CONCLUSIONS

Quelles que soient les techniques que vous utilisiez pour « étoffer » votre connaissance d’une situation, de façon à « mettre le doigt » sur un élément particulier d’influence (ou plusieurs, d’ailleurs), vous constaterez peut-être que votre énoncé de mission évoluera considérablement à la lumière de vos découvertes. Je trouve généralement que la collecte de renseignements est toujours utile et qu’il existe relativement peu de situations qui ne peuvent attendre un jour ou deux pendant que je les examine sous différents angles. Demander des conseils aux gens est parfois utile, tout comme jouer à « l’avocat du diable » avec vous-même, si personne d’autre ne peut le faire pour vous. J’ai remarqué que les occultistes (autant que les autres) ont tendance à adopter un point de vue très binaire d’une situation sur laquelle ils « savent tout mieux que tout le monde » (parce qu’ils sont magiciens, bien sûr.) C’est assez humain de simplifier une situation quand elle concerne les autres plutôt que nous-mêmes, je pense donc qu’il est particulièrement important d’aborder chaque intervention sorcière potentielle comme une situation unique et complexe. Après tout, si quelqu’un était sur le point de réorganiser magiquement votre style de vie, vous aimeriez qu’il le fasse bien, non ?

Récapitulatifs

• Réfléchissez avant de jeter un sort !
• Posez des questions.
• Collectez des renseignements.
• Analysez la situation sous différents angles/perspectives
• Reformulez votre énoncé de mission si nécessaire
• Recherchez la clarté.
• Ensuite, agissez.

Notes : il convient également de garder à l’esprit qu’une situation peut dicter ou indiquer la nature particulière d’une intervention de sorcellerie (c’est-à-dire, si on doit utiliser un simple sigil ou intégrer un dieu dans le processus), mais je pense que c’est un sujet dont je parlerai une autre fois.

_________________________

i Ndlt : l’analyse ou la matrice SWOT est un outil de stratégie d’entreprise. Utilisé pendant la phase de diagnostic, cet outil permet d’avoir une vision globale d’une situation et de déterminer les forces et les faiblesses de l’entreprise face aux opportunités et menaces de son environnement. L’acronyme est parfois francisé comme suit :

  • FFOM, c’est-à-dire Forces, Faiblesses, Opportunités, Menaces ou…
  • AFOM, Atouts, Faiblesses, Opportunités, Menaces, ou encore…
  • MOFF, Menaces, Opportunités, Forces, Faiblesses.