Warning: getimagesize(): Peer certificate CN=`*.phpnet.org' did not match expected CN=`www.le-sidh.org' in /home/users/l/lesidh/www/lesidh/wicca/wp-content/themes/graphy-sidh/functions.php on line 15

Warning: getimagesize(): Failed to enable crypto in /home/users/l/lesidh/www/lesidh/wicca/wp-content/themes/graphy-sidh/functions.php on line 15

Warning: getimagesize(https://www.le-sidh.org/wicca/wp-content/uploads/2014/08/fleurs-de-sureau.jpg): failed to open stream: operation failed in /home/users/l/lesidh/www/lesidh/wicca/wp-content/themes/graphy-sidh/functions.php on line 15

Dame Sureau

Inscription au cours : Wicca fondation

Par Lune © 2002 – 2014

C’est un petit arbre que l’on trouve partout en Europe, il mesure environ 5 mètres de haut et parfois jusqu’à 10 mètres. Le sureau noir fleurit en juin. Cet arbrisseau porte d’autres noms : Sureau Noir, Suseau, Susier, Seuillon, Sambuc, Hautbois, Sawe. A ne pas confondre avec le sureau nain qui, lui, est très toxique : il ne dépasse pas 1 mètre.

  • « L’époque de la Cueillette »

En fonction de votre situation géographique et climatique, vous cueillerez ses fleurs d’avril à juin. Chez nous, dans les montagnes du Centre de la France, c’est généralement à l’époque du solstice d’été que les ombelles sont parfaitement épanouies. Sachez néanmoins que d’une année à l’autre, en fonction de la météo, la date peut varier. Elles doivent sécher en 48 heures (attention à ce qu’elles ne pourrissent pas). Ses baies noires sont cueillies durant l’été ou au début de l’automne. Chez nous, nous les cueillons habituellement à la fin août.

  • « Arbre de Féerie, Arbre de magies »

Le sureau est « double », à l’image de ses fleurs blanches et de ses baies noires. Une vieille superstition raconte qu’il est bénéfique tant qu’on ne rentre pas de son bois dans sa maison. Selon une tradition populaire, il ne faut surtout pas faire brûler son bois, cela porte malheur et attire les esprits.
Son élément est le feu et son jour le vendredi, la Dame Sureau est donc liée à Vénus.
Boucher les trous de serrures avec des feuilles de sureau empêche les mauvais esprits de rentrer.
Porter en talisman une feuille de sureau protège contre tout ensorcellement.
Et plus précisément, elle préserve des sortilèges d’amour.
C’est un arbre à fée. A partir de son bois, on réalise des sifflets, des bâtons magiques : aussi puissants que redoutables !
On en plantait autrefois à proximité des maisons, généralement près de la porte arrière, car il protège des sortilèges et… de la foudre !
On cueille ses fleurs, ses feuilles et ses baies traditionnellement à minuit.

  • « Multiples vertus »

Il paraît que ses fleurs sentent le chat, je dirais plutôt que son odeur est spéciale. On aime ou n’aime pas. En fait, quand on casse une branche de sureau ou que l’on casse ses feuilles, il s’en dégage une odeur nauséabonde. Particulièrement au printemps. C’est peut-être cela qui l’a fait tomber en désuétude au XXème siècle. Il est utilisé depuis la nuit des temps aussi bien pour ses vertus médicinales que gustatives ou magiques.

On utilise tout chez lui : feuilles, fleurs, baies, seconde écorce et moelle. Le sureau est idéal pour soigner les brûlures, les hémorroïdes, la goutte, le rhume de cerveau, la constipation, les laryngites et la conjonctivite. L’huile essentielle de sureau est diurétique, dépurative et anti-inflammatoire.

  • « Pour les gourmands »

Sa confiture confectionnée à partir de ses baies noires, cueillies au début de l’automne, est délicieuse. Néanmoins, sachez que certaines variétés de sureau sont moins bonnes que d’autres.

Attention ! Il faut toujours consommer ses baies cuites. Sous peine d’intoxication : nausées, vomissements, douleurs digestives, etc. 

On peut manger ses fleurs en beignet comme celles de l’acacia. Mais c’est sans doute sa boisson qui remporte tous les suffrages.

  • Recette de la Sawe

Ce n’est pas ma recette préférée mais la voici quand même. Faire bouillir 5 litres d’eau contenant 5 ombelles fraîches.
Ajouter une orange et un citron coupés en rondelles, en ayant simplement épluché la parti superficielle -colorée- du zeste.
Ajouter un peu de sucre pour couper le goût amer. Laisser bouillir 10 minutes, laisser refroidir. Filtrer. Conserver au frais.
Se conserve 3 jours.

Sirop de fleurs de sureau. Photo : Lune
Sirop de fleurs de sureau. Photo : Lune
  • Recette de sirop de fleurs de sureau noir

Les yeux fermés, préparez cette recette vos amis et vous ne serez pas déçus. Vous la trouverez sur mon blog, à cette adresse : http://lune.le-sidh.org/2014/06/06/sirop-de-fleurs-de-sureau. Tout ceux qui l’ont goûté, ont beaucoup aimé.

Vous pourrez boire ce sirop avec de l’eau bien fraiche, mais aussi l’utilisez dans vos gâteaux, sous forme de kir, pour arroser vos salades de fruits, etc.

Gâteaux parfumés aux fleurs de sureau. Photo : Lune
Gâteaux parfumés aux fleurs de sureau. Glaçage : sucre glace et sirop de sureau. Photo : Lune
  • Crêpes aux fleurs de sureau

Préparez une pâte à crêpe avec 250 grammes de farine, une pincée de sel, 3 œufs et du lait jusqu’à l‘obtention d‘une pâte lisse, ni trop épaisse, ni trop liquide.
Ajoutez à cette pâte un peu de miel, émiettez finement les fleurs, bien mélanger, faire cuire avec une noisette de beurre.

  • Encre aux baies de Sureau

C’est une encre que je prépare à partir des baies noires du sureau. Quand je maitriserai parfaitement la recette de cette encre, je la partagerai ici. Jusqu’à présent, les résultats sont assez disparates pour que je la donne.

encre au sureau maison et sigil

  • D’autres articles

Si vous voulez en savoir davantage sur la Dame Sureau, je vous recommande la lecture de ces articles :

  • Bibliographie :
  • Arbres de chez nous, de Alastair Fitter et David More aux éditions Delachaux et Niestlé, collection Gem, 1996.
  • Herbes sacrées des Druides, Sciences des Druides et Magie des plantes, de Raphaël Zander aux éditions Axiome, 2000.
  • Le Chaudron de Faërie, Secrets et Recettes de Sorcières de Grands-Mères, de Vampires, de Lutins, d’Elfes, de Fées… et d’autres Entités, de Marie de Valence et Joël Barnabel, édité par le Cercle Beltane, 1999.
  • Le sureau protecteur du foyer de Rachel Frély, articles parus in Plantes Sauvages n°1, été 2000.
  • Les plantes sorcières, traité de phytothérapie traditionnelle, de Pierre Manoury, édition la librairie de l’inconnu.