Pourquoi un cercle ?

Téléchargez le cours : Le voyage au tambour

Extrait de « Witch crafting ». Par Phyllis Curott, traduction Véro

Toutes les énergies circulent de manière circulaire, c’est-à-dire spiralée. (NDLT : vous noterez qu’en français « circuler » vient déjà de « circulaire » ou l’inverse…)

Nous représentons l’énergie comme se déplaçant sous forme d’ondes, mais ces ondes sont une image bi dimensionnelle d’une configuration tridimensionnelle. (si vous ne voyez pas ce que je veux dire, prenez une spirale d’un cahier à spirale, détendez-la un peu, placez la devant une source de lumière et regardez son ombre) Ainsi, en travaillant dans un cercle, vous travaillez dans un plus grand modèle de comment l’énergie se meut dans l’univers. Depuis la plus petite particule, jusqu’aux galaxies, tout l’univers se meut de façon concentrique.

Quand vous travaillez avec l’énergie dans un cercle, vous travaillez en harmonie avec le flux organique de toutes les énergies. Voilà comment fonctionne la magie. Vous apprenez de la nature et harnachez le flux naturel des énergies de l’univers. Un cercle symbolise l’infini, car il n’a ni début ni fin. Quand nous disons « notre cercle est tracé, nous sommes entre les mondes » cela veut dire que notre cercle est un vortex entre l’esprit et la matière, le divin et l’humain, c’est le point de connexion entre les eux. Un cercle relie l’infini et l’immédiat, et littéralement nous démontre le sens de cette vieille maxime occulte : « ce qui est au-dessus est en dessous ».

Nous travaillons dans un cercle, car nous vivons dans le cycle éternel de la vie, le cycle des saisons, la lune, le soleil, les marées, et les cieux au-dessus de nous. Travailler dans un cercle aide nos psychés à s’harmoniser avec les rythmes naturels de l’énergie divine qui anime et régule l’ordre du monde naturel. Parce que nous travaillons dans un cercle, et parce que nous étudions la nature, nous voyons comme ses cycles correspondent à ceux de nos propres vies, et nous commençons à reconnaître des modèles divins de changements et de transformation en action.

Quand vous prenez votre place dans un cercle, la forme physique (la rondeur) change immédiatement et littéralement, la dynamique de l’énergie telle que nous avons été conditionnés à l’approcher spirituellement. Quand nous travaillons ensemble dans un cercle, nous créons un nouveau modèle de relations sociales. Dans les anciennes traditions bibliques, le paroissien est passivement assis sur un banc et est subordonné au professionnel de la spiritualité, sur son podium, qui est lui-même subordonné à Dieu dans les cieux. La structure de l’église reflète les relations de pouvoir, et la dynamique énergétique, du patriarcat. Mais, tout le monde est égal dans le cercle –il n’y a pas de podium qui séparerait le prêtre ou la prêtresse du reste de la communauté, et il n’y a pas de hiérarchie entre vous et le Divin.

La forme du cercle fait aussi que chacun peut être vu de chacun, et ainsi nous créons une intimité immédiate, une connexion, un sens de la communauté. Et même dans certains cercles énormes auxquels j’ai participé, avec des centaines de personnes, le cercle connecte tous les présents, il crée la communauté.

Et, forcément, la forme du cercle facilite la circulation de l’énergie, tout comme les casseroles sont rondes pour garantir une répartition égale de la chaleur à ce que nous cuisons, le cercle garantit une distribution égale de l’énergie entre tous les pratiquants, bien que chacun y réponse de façon personnelle.