Accueil / Sabbats / Lammas / John Barleycorn ou Jean Grain d’Orge

John Barleycorn ou Jean Grain d’Orge

Téléchargez le cours : Le voyage au tambour

Par Lune.

Lammas le 1er août est sacré, car associé au Roi Rouge que l’on sacrifie et par analogie on l’associe à la mort et à la résurrection de John Barleycorn, l’esprit des céréales de la première moisson. John Barleycorn est mort dans le mystère des moissons et l’eucharistie sorcière le consomme par le pain et la bière de la petite fête. Le Roi sacrifié, Llew est pleuré rituellement alors que des feux brûlent sur les collines et sur les lieux élevés des Veilles de Lammas. Les symboles de Lammas sont le pain sacré et la bière en préparation, les « rejets de Lammas » et éclatants du chêne, la gerbe de céréales, l’aigle et la lance du sacrifice.

Extrait de « Call of Horned Piper« .

J’avais pris l’habitude de préparer pour les fêtes des récoltes un pain qui possède une forme un peu particulière. Ce pain représente John Barleycorn, Jean Grain d’Orge.

Ce personnage est issu d’une chanson folklorique anglaise. C’est une personnification de l’importante récolte d’orge, et des boissons alcoolisées faites à partir de cette céréale. Dans la chanson, John Barleycorn subit des agressions, la mort et des mortifications qui correspondent à diverses étapes de la culture et la préparation de l’orge, telles que le fauchage et le maltage.

Certains ont interprété l’histoire de John Barleycorn comme la représentation d’une pratique païenne. On a également suggéré que John Barleycorn ou plus précisément une forme plus ancienne de la chanson pouvait avoir été récupéré par l’église primitive de l’Angleterre Saxonne afin de faciliter les conversions des païens (polythéistes anglo-saxons indigènes) au Christianisme. John Barleycorn symbolise les cycles de la nature, des esprits et des récoltes de la religion païenne. Il peut également représenter le sacrifice humain. La chanson aurait été christianisée de manière à présenter John Barleycorn comme une figure christique.

Barleycorn, la personnification de l’orge, subit de grandes souffrances avant de succomber à une méchante mort. Cependant, grâce à sa mort, le pain peut être fabriqué. Ainsi, Barleycorn meurt pour que les autres puissent vivre. Finalement, son corps sera mangé comme le pain. On peut comparer cela aux concepts chrétiens du Sacrement et de la Transsubstantiation ; et il n’est pas difficile d’imaginer comment la chanson a pu profiter au Christianisme. Un hymne populaire « We Plough the Fields and Scatter » (Nous labourons les champs et semons) est souvent chanté, sur le même air, lors de la Fête des Récoltes.

Le thème central du conte des versions originales est double : il se concentre non seulement sur la mort et la résurrection de John Barleycorn, mais aussi sur la revanche de Barleycorn sur les marchands qui l’ont maltraité.

John Barleycorn

Il y avait trois rois à l’Est (note de Lune : les versions plus anciennes parlent de l’Ouest)
Trois rois à la fois grands et éminents
Et ils avaient prêté un serment solennel
Jean Grain d’Orge devait mourir.

Ils prirent une charrue et le labourèrent,
Mirent des mottes sur sa tête,
Ils avaient prêté un serment solennel
Et Jean Grain d’Orge était mort.

Mais le joyeux printemps arriva gentiment,
Et les ondées commencèrent à tomber ;
Jean Grain d’Orge se releva,
Et la plaie (dans la terre) les surprit tous.

Les chauds soleils de l’été vinrent
Et il devint épais et fort,
Sa tête s’arma comme de pointes de lances
Pour que personne ne lui cause de tort.

L’automne sobre entra avec douceur,
Et il devint pâle et faible ;
Ses articulations se courbant et sa tête tombante
Montrèrent qu’il commençait à s’affaiblir.

Sa couleur pâlit de plus en plus
Il s’enfonça dans la vieillesse ;
Et alors ses ennemis recommencèrent
A montrer leur rage mortelle.

Ils prirent une arme longue et tranchante,
Et le coupèrent au genou ;
Puis ils l’entravèrent solidement sur un chariot
Comme un gredin coupable d’un délit.

Ils l’allongèrent sur le dos
Et le frappèrent avec des bâtons jusqu’au sang ;
Ils le pendirent avant la tempête ;
Et le tournèrent à maintes reprises.

Ils remplirent un trou sombre
Avec de l’eau jusqu’au bord ;
Ils y portèrent Jean Grain d’Orge,
Et l’y laissèrent se noyer ou nager.

Ils le sortirent pour le poser sur le sol,
Pour lui faire subir d’autres tourments,
Et quand des signes de vie apparaissaient
Ils l’agitaient encore de long en large.

Ils passèrent au-dessus d’une flamme brûlante,
La moelle de ses os ;
Mais un meunier fut le pire de tous,
Car il s’écrasa entre deux pierres.

Et ils avaient pris le sang de son cœur,
Et l’avait bu en le faisant circuler
Et plus ils en buvaient,
Plus leur joie grandissait.

Jean Grain d’Orge était un héros audacieux,
De noble hardiesse,
Car si vous pouvez goûter son sang,
Il fera croître votre courage.

Il fera oublier à un homme ses malheurs ;
Il fera grandir toutes ses joies ;
Il fera chanter le cœur d’une veuve,
Même si les larmes étaient dans ses yeux.

Alors, portons un toast à Jean Grain d’Orge,
Chaque homme un verre à la main,
Et puisse sa grande prospérité
Ne jamais disparaître dans la vieille Écosse !

(Version de Robert Burns, extraite de Magie du nord de Nigel Pennick)

Sources :

  • Wikipedia anglais
  • Call of Horned Piper, par Nigel Jackson.
  • Magie du Nord : La Magie pratique dans la tradition nordique, par Nigel Pennick.