Accueil / Sabbats / Imbolc / Brigid et son emblème le pissenlit

Brigid et son emblème le pissenlit

Téléchargez le cours : Intégrez la magie dans votre quotidien

Extrait du livre : « Dictionary of Plant Lore ». De D.C. Watts. Traduction par Lune.

« Pissenlit (Taraxacum officinale). On peut le trouver en fleur pratiquement toute l’année, mais c’est au printemps qu’a lieu sa grande explosion colorée dans les prairies. Et il est naturel que la plante soit une complice de la déesse du printemps, Brigid, canonisée Sainte Brigitte/Bridget ou Sainte Bride.

Les plantes à la sève laiteuse comme le pissenlit étaient souvent associées à la déesse dans le folklore écossais (F. M. MacNeill. 1959). C’est une connexion logique, car l’un de ses aspects est celui de la vachère, elle est donc associée au bétail et ainsi aux fleurs comme le pissenlit produisant un jus laiteux qui, croyait-on, nourrissait les tout premiers agneaux au printemps (E. E. Evans).

Dans les Hautes-terres d’Écosse, on dit que la « plante de Bride », c’est-à-dire le pissenlit, « nourrit de son lait les premiers agneaux » (F. M. MacNeill. 1959). Sa fleur est l’un des trois emblèmes de Bride, les deux autres étant l’agneau et l’huîtrier. Ses noms gaéliques sont : « Bearnon Bride », la petite fleur dentelée de Bride, « la petite flamme de Dieu » et « le présage de Sainte Bride“. Sainte Bride des rivages la porte à sa poitrine et la lumière du soleil est censée suivre. […] »

  • McNEILL, Florence Marian. The silver bough. 4 Vols. Glasgow, Maclehose, 1957–1968.
  • EVANS, E Estyn. Irish heritage: the landscape, the people and their work. Dundalk. W Tempest, 1942. Irish folk ways. Routledge, 1957.