Le Houx : Arbre Sacré de Frau Holle

Téléchargez le cours : Le voyage au tambour

Par Christian Rätsch et Claudia Müller-Ebeling, traduction Lune

Extrait du livre « Pagan Christmas : The Plants, Spirits, and Rituals at the Origins of Yuletide. »

« De tous les arbres qui sont dans le bois, le houx porte la couronne ! »
Chanson anglaise de Noël

Ilex aquifolium L., Aquifoliaceae (houx)

  • Autres noms :

Agrifolio, alloro spinoso, aquifolio, aquifolius balme, ailes de chauve-souris, buk, Christdorn, épine du Christ, füe, gaispalme, holegen (Grec ancien), houx, étoile du bois de houx, holm, holst, arbre sacré , hülse, hülsebusch, hülseholz, hulis (ancien haut allemand), hulm, hulst, hulver bush, hurlebusch, igelstechpalme, kolleno (Celte), leidendorn, myrtendorn, palma, palmdorn, palmendistel, padnore, quacke, schradlbaum, schwabedorn, schwarze eiche, spiselhölzli, stächlaub, stechblacka, stechdorn, secheichen, stecholder, stechlaub, stechwiederl, tinne, wachslaub, walddistel, walddistelstrauch

Avec ses feuilles piquantes, d’un vert brillant, et ses baies rouges, le houx dans la neige ressemble à l’arbre de noël décoré de boules rouges. En Scandinavie, les célébrants installent un houx pour la fête de Jul, croyant qu’ils porteront ainsi chance à la maison. En Angleterre, le houx est une décoration populaire de Noël et il est souvent utilisé sur les cartes de Noël et les papiers cadeaux. Dans les régions germanophones, le houx est vendu durant l’hiver sous forme de plante en pot ou de branches.

Contrairement à d’autres plantes à feuillage persistant qui poussent en Europe Centrale, le houx ne tolère le gel que partiellement. Il pousse principalement dans les zones à climat modéré, en particulier l’Angleterre, qui bénéficie de l’influence du Golf Stream. Là, autrefois, les druides adoraient le houx. Ils coupaient les branches piquantes pour en faire des bâtons de vie. Les baies rouges incarnaient l’énergie féminine, juste comme les baies du gui symbolisaient la semence masculine. Unies dans le rituel accompli durant le solstice d’été, ces deux plantes devinrent « des parentes mythiques » et jouèrent le rôle vital de garantir la vie renouvelée au printemps.

Dans le culte romain de Bacchus, le houx était la contrepartie féminine du lierre masculin, et c’est pourquoi les portes des maisons étaient décorées de couronnes des deux plantes au cours des Saturnales. Le docteur de l’église, Quintus Tertullian, interdit cette pratique comme coutume païenne durant le IIe siècle de notre ère. Les autorités de l’église étaient impuissantes face à la popularité persistante des rituels du houx cependant, et réinterprétèrent finalement la pratique en termes chrétiens : « Selon la légende, chaque palmier qui accueillit le Sauveur Jésus lorsqu’il entra à Jérusalem, reçut des épines comme souvenir de l’épreuve à laquelle le Christ fut soumis ». (Schöpf 1986, 146). Ainsi, les feuilles piquantes du houx devinrent un symbole chrétien de la couronne d’épines et ses baies rouges devinrent le sang du Christ.

Aujourd’hui, l’Ilex est une plante protégée en Allemagne. L’utilisation intensive de ses branches pour l’avent et le Jour des Rameaux a mis en danger les populations naturelles de houx dans de nombreuses régions du pays. Dans la forêt allemande de Teutobourg, par exemple, l’extinction des arbres ilex autour des Monolithes sacrés des Externsteine fut empêchée grâce à un traité pour la conservation de la nature au début du XXe siècle. Dans les îles Britanniques, les forêts de houx préservées (“The Hollies”) sont considérées comme des trésors botaniques par les amoureux des plantes.

  • Nomen est Omen— retrouver le Nom de la Plante

La signification du houx comme symbole de vie éternelle et de sage prévoyance se reflète dans son nom anglais, holly, qui est relié au mot holy (ndlt : saint, sacré). Dans le rituel celtique du houx accompli la nuit précédant le solstice d’hiver, les branches de houx étaient récoltées et installées dans la maison comme protection contre la sorcellerie, la foudre, et la mort. De là provient l’expression « holy day » (jour saint, sacré), plus tard transformée en terme profane « holiday » (vacances, jour férié) ! Les Celtes récoltaient les branches portant les baies rouges dans la solitude et l’obscurité, à minuit, au milieu des bois profonds. Pour les couper correctement sur les arbres, une goutte de sang était essentielle, mais du vin rouge était censé convenir tout aussi bien. Les gouttes rouges représentaient « le plus ancien et le plus puissant dieu de la terre [Angleterre] » (Hyslop and Ratcliffe 1989, 17).

Les tribus germaniques adoraient l’arbre au feuillage persistant et piquant en tant qu’incarnation de la déesse de l’amour, Freia, la Grande mère (Ströter-Bender, 1994). Son jour sacré était le vendredi (free day, ndlt : jour libre). Le nom germain Hülse, qui vient de l’ancien haut allemand huls ou hulis, est relié étymologiquement au nom anglais de la plante holly et d’un point de vue mythologique à Frau Holle (également Holde, Holda), qui appartenait à la nuée des esprits de l’armée sauvage et qui est la mère de Thor (Donar). Elle est l’héritière, dans le folklore, de la déesse germanique de l’amour Freia, et ainsi le cercle qui retourne à Freia est complété. (Pour plus d’informations sur Frau Holle, voir l’article “Les Vieilles des Bois.”)

La plante légendaire de Noël est également appelée “Hollywood star” et « l’étoile du bois sacré », des noms qui ont trouvé une nouvelle signification dans le Nouveau Monde. Les adeptes des coutumes anglaises de Noël apportèrent du houx et son symbolisme dans le nord de l’Amérique et le nouvel « Hollywood » : le cœur de l’industrie du film américain. « Les immigrants britanniques aux USA créèrent une plantation de houx afin qu’ils n’aient jamais à vivre sans l’esprit de Noël » (Storl 2000b, 294). Le fait que le légendaire Hollywood américain hérita de cet antique nom n’est pas une simple coïncidence.

  • Utilisation magique et populaire

Comme d’autres plantes à feuillage persistant, les feuilles piquantes et découpées de l’Ilex passaient à la fois pour protéger contre les pouvoirs dangereux et pour les attirer : « Selon les croyances populaires, les sorcières avaient besoin des baies rouges du houx pour créer les orages. Les baies étaient un ingrédient important des « onguents et encens » des sorcières ». (Weustenfeld 1996, 111).

Ils étaient utilisaient en magie comme protection contre les cauchemars, les incubes et autres démons, ainsi que pour se protéger de la foudre.

Planté près d’une maison, le houx protégeait contre la magie maléfique. Pythagore écrit que le pouvoir de leurs fleurs change l’eau en glace. Il dit également que lorsqu’un bâton de ce bois est lancé contre une bête sans suffisamment de force, il se rapprochera de lui-même jusqu’à l’animal, à une coudée environ, par sa propre magie, puisqu’un grand pouvoir réside dans cet arbre (Pline l’Ancien XXIV, 116).

Les sources folkloriques parlent également de la symbolique érotique et du pouvoir de fertilité du bâton de vie toujours vert. Un vieux document en latin rapporte « que les robes des femmes étaient soulevées, et que leurs fesses nues étaient battues avec le houx. Des vestiges d’un rituel séculaire qui impliquait de battre les femmes sur leurs parties génitales à l’aide du bâton de vie ». (Aigremont 1987 I, 51).

Comme avec d’autres plantes importantes de l’ethnobotanique de Noël, les coutumes folkloriques liées à l’Ilex désignent la cheminée comme portail d’entrée pour les esprits et autres êtres légendaires, tels que Saint Nicolas.

La cheminée était considérée comme étant l’entrée et la sortie pour les fantômes ou les esprits et les ancêtres. De façon à maintenir cette porte propre, et de chasser les mauvais esprits préservés dans la suie et l’obscurité, un balai magique était requis (ndlt : une brosse hérisson, une brosse de ramonage).

Jusqu’à l’heure actuelle, la cheminée est décorée de branches de houx afin que l’Esprit de Noël ou du vieux Saint Nick puisse entrer à minuit et bénir les habitants de la maison. Apporter du houx dans la maison avant la veille de Noël est considéré comme étant de mauvais augure. (Storl 2000b, 294).

Dans ce contexte de symbolisme multicouche, le houx populaire mérite vraiment sa réputation de joyau de la couronne de la vie persistante. C’est pourquoi l’Homme vert porte une couronne de feuilles de houx. Il descend des dieux païens de la végétation avec son corps anthropomorphique et ses masques faits de feuilles qui ornent les portes romaines. La tradition perdure aujourd’hui avec les couronnes de houx que nous suspendons aux portes, aux manteaux de cheminée, et aux murs pendant la période de Noël.

holly fairy
Fée du Houx, une forme de Frau Holle. (Carte postale : The Holly Fairy, Flower Fairies™, © Cicely Mary Barker, 2000). »