Les eaux du monde

Téléchargez le cours : Le voyage au tambour

Par Starhawk, extrait de : « The earth path ». Traduction & adaptation : Lune.

Il y a de nombreuses années, j’ai demandé à mon amie Luisah Teish, une prêtresse yoruba, ce que je pouvais lui ramener du voyage que je m’apprêtais à faire. « Rapporte-moi juste de l’eau », m’a-t-elle répondu. « Je collectionne l’eau. »

Je me suis mise à récolter de l’eau pour elle. Et comme souvent avec les collections, une fois que j’ai commencé, cela m’est apparu comme quelque chose de précieux et j’ai voulu démarrer ma propre collection. J’ai donc commencé à ramener un peu d’eau de chaque endroit où j’allais (un peu pour Luisah et un peu pour moi.)

Cette année-là, lors du rituel pour Brigid, la déesse irlandaise de la sainte source et de la flamme sacrée, nous avons décidé de créer un puits sacré à partir d’un bol à punch. J’y ai ajouté toutes mes eaux et les autres ont apporté leurs propres eaux sacrées, ou simplement de l’eau qu’ils boivent tous les jours. Nous avons fait une promesse à Brigid et nous avons récupéré une partie de cette eau pour le rituel de l’année suivante.

Au fil des années, la tradition s’est développée. J’ai commencé à transporter avec moi ces eaux du monde dans une petite bouteille, en l’utilisant pour faire des offrandes à la terre ou aux eaux que je prélevais. Nous avons commencé à demander aux gens d’apporter de l’eau au début de nombreux rituels, pas uniquement à celui de Brigid, mais aussi aux Witch camps, lors d’actions politiques et autres réunions. Comme je l’ai décrit au début de ce livre, nous faisons une offrande d’eau pour débuter notre rituel du feu chaque année.

Les gens ont commencé à nous envoyer de l’eau, ils se rendaient dans des endroits spéciaux pour la récolter. Certaines de nos eaux du monde viennent d’Irlande, de nombreux puits et sources sacrés de Brigid. Et nous avons reçu de l’eau de rivières  sacrées (du Gange et du Nil ; du Chalice Well à Glastonbury ; d’el pozo de la ville d’Amatlan, où Quetzalcoatl est né ; de tous les continents). Quelqu’un nous a envoyé des eaux de l’Arctique et une autre personne une bouteille de glace fondue de l’Antarctique.

Quelques gouttes des eaux du monde transforment n’importe quelle coupe d’eau en une eau sacrée. Elles sont renouvelables à l’infini, non assujetties à la rareté. Nous les utilisons pour honorer les esprits de l’eau et de la terre.

Un seul tabou : nous ne la buvons pas. « Sacrées » n’est pas nécessairement synonyme de « potables » et malheureusement, beaucoup trop d’eaux du monde sont polluées.

Honorer les eaux du monde, cliquez ici.