Le Collier de la Sorcière & Prêtresse

Téléchargez le cours : Le voyage au tambour

Par Tof

A la suite de l’article sur l’encens de Melle Mandragore je me suis demandé quel autre objet serait de la plus haute importance pour la sorcière. Il y a évidemment les outils, mais nous savons qu’on peut se passer de ceux-ci, par contre la jarretière et le collier sont indispensables à la sorcière. Donner des cours de couture ici est assez difficile, nous allons donc plutôt nous pencher sur la question du collier.

Dans Witchcraft Today, Gerald Gardner dit que les sorcières sont toujours nues et portent un collier. Doreen Valiente en dit autant, ainsi que Paul Huson.

Dans A Witches’ Bible, volume 2, les rituels par Janet et Stewart Farrar, il est dit :

Il est une habitude pour les sorcières de toujours porter un pendentif dans le cercle. Dans notre coven, les hommes aussi portent des talismans ou des pendentifs autour de leur cou. Ils représentent le cercle de la renaissance.

Paul Huson, quant à lui, parle d’une réminiscence de la jarretelle et de la corde à travers l’image du collier, et rappelle que Diane et Freya sont souvent représentées portant un collier. Gardner se réfère à Astarté et aux prêtres de l’Ancien Testament. Dans Witchcraft Today, Gardner cite le cas d’une jeune femme qui était venue à une réunion, portant un simple rangée de perles, et lui avait été dit qu’elle ne pouvait pas le porter, qu’elle devait s’en choisir un autre dans un stock prévu à cet effet, un qui soit « visible ».

Le collier se doit donc d’être voyant, clinquant, remarquable.

Cela me fait penser à une coutume d’Outre Atlantique, celle du collier d’ambre et de jais. Dans de nombreux cercles gardnériens, les sorcières de premier degré portent un collier d’ambre, celles de second degré un collier de jais, et le troisième degré est symbolisé par l’ambre et le jais cumulés. Cette coutume n’existe toutefois pas en Europe à ma connaissance, il n’y avait d’ailleurs pas de tels colliers dans les affaires léguées par Gardner à Monique Wilson. Il semblerait que cette coutume vienne plutôt des Alexandriens (pour une fois les Gardnériens ont pillé les idées des Alexandriens). Paul Huson parle d’ambre et de jais, mais aussi de turquoise, mais il n’est pas Alexandrien, par contre les Farrar disent que le collier traditionnel de la prêtresse est fait de lamelles alternées d’ambre et de jais. Cela symbolise l’opposition soleil/lune, lumière/ténèbres, homme/femme.

En fait, hormis le fait qu’à mon avis, toute matière naturelle peut être utilisée pour faire son collier, cette « tradition » de l’ambre et du jais a pris une telle ampleur aux États-Unis que dans les années soixante, là-bas, beaucoup de sorcières s’appelaient « Amber » ou « Jet » et, encore maintenant, de nombreux coven gardnériens font référence à l’ambre et au jais dans leur nom.