L’Avertissement

Téléchargez le cours : Le voyage au tambour

Garde ce livre écrit de ta propre main. Laisse les frères et les sœurs copier ce qu’ils veulent, mais ne laisse jamais ce livre quitter tes mains ni ne conserve les écrits d’autrui, car si leur écriture était découverte, ils pourraient bien être pris et torturés. Chacun doit garder ses propres écrits et les détruire lorsque quelque danger menace. Apprends par cœur autant que tu le peux, et lorsque le danger est passé, réécris ton livre. Pour cette raison, si certains meurent, détruis leurs livres s’ils n’ont pas été en mesure de le faire, car, s’ils sont découverts, c’est une preuve évidente contre eux. « Tu ne peux être un sorcier solitaire » ; alors tous leurs amis risquent la torture. Ainsi, détruis toute chose qui n’est pas nécessaire. Si ton livre est trouvé sur toi, c’est une preuve évidente contre toi. Tu peux être torturé. Abstiens-toi de toute pensée à propos du culte, dis que tu as fait de mauvais rêves, qu’un Démon t’a poussé à écrire cela à ton insu. Pense en toi-même, « Je ne sais Rien, je ne me Souviens de rien. J’ai tout oublié ». Induis cela dans ton esprit. Si la torture est trop grande à supporter, dis, « Je vais avouer. Je ne peux supporter ce supplice. Que voulez-vous que je dise ? Dites-moi et je le dirai ». S’ils tentent de te faire parler de la confrérie, n’en fais rien, mais s’ils essaient de te faire parler de choses impossibles, comme voler dans les airs, pactiser avec le Diable, sacrifier des enfants ou manger de la chair humaine, dis, « J’ai fait un mauvais rêve. Je n’étais pas moi-même. J’étais fou. » Tous les Magistrats ne sont pas mauvais. Si tu as une excuse, ils peuvent se montrer cléments envers toi. Si tu as avoué quoi que ce soit, nie-le par la suite. Dis que tu as déliré sous la torture ; tu ne savais pas ce que tu faisais ou disais. Si tu es condamné, n’aie crainte. La Confrérie est puissante. Ils peuvent t’aider à t’échapper si tu restes loyal. Si tu trahis quoi que ce soit, il n’y a aucun espoir pour toi, ni dans cette vie ni dans la suivante. Mais il est certain que si tu restes inébranlable jusqu’au bûcher, des drogues parviendront jusqu’à toi. Tu ne sentiras rien, et tu iras trouver simplement la Mort et ce qui s’étend au-delà, l’extase de la Déesse.

Fais de même avec les Outils de travail. Que ce soit des choses ordinaires que n’importe qui puisse avoir chez lui. Les Pentacles doivent être en cire afin qu’ils puissent, tous à la fois, être fondus et brisés. N’aie point d’épée, à moins que ton rang ne le permette. N’inscris aucun nom ni symbole sur quoi que ce soit. Écris-les à l’encre avant de les consacrer et nettoie-les une fois que tu auras terminé. Ne te vante jamais, ne profère jamais de menace, ne dis jamais que tu souhaites du mal à quelqu’un. Si quelqu’un parle de l’art, dis, « Ne me parlez pas de telles choses, cela m’effraie, cela porte malheur d’en parler ».