Accueil / Sabbats / Mabon / Rituel de l’Équinoxe d’Automne, Mabon, 21 septembre par les Farrar

Rituel de l’Équinoxe d’Automne, Mabon, 21 septembre par les Farrar

Téléchargez le cours : Le voyage au tambour

Farrar – Équinoxe d’Automne, Mabon, 21 septembre
Par Janet & Stewart Farrar ©, traduction Lune

farrar-automne

Rituel sabbatique de Mabon, extrait de la Witches’ Bible, éditions Phoenix.

La Préparation

On place sur l’autel un plat contenant un seul épi de blé, ou tout autre céréale récoltée, recouvert d’un tissu.

L’autel et le Cercle sont décorés de pommes de pin, de céréales, de glands, de pavots rouges (symbole de la Déesse du Grain, Déméter) et d’autres fleurs, fruits et feuilles automnales.

Le Rituel

Après la Rune (ou Chant) des Sorcières, le coven se place de lui-même en rond, dans le périmètre du Cercle, tourné vers l’intérieur.

La Jeune Fille va chercher le plat recouvert sur l’autel, le place au centre du Cercle (en le laissant recouvert) et retourne à sa place.

La Grande Prêtresse dit :

« Voici venu le temps de l’équilibre, lorsque le Jour et la Nuit se font face, d’égal à égal. Pourtant, en cette saison, la Nuit grandit et le Jour diminue ; car tout est impermanence, dans les marées de la Terre et du Ciel. Sachez et souvenez-vous, que tout ce qui se meut doit aussi s’immobiliser, et tout ce qui s’immobilise doit aussi se mouvoir. En symbole de cela, exécutons la Danse du Départ et du Retour ! »

Le Coven danse lentement, et cette danse est conduite par la Grande Prêtresse et le Grand Prêtre, main dans la main, mais sans fermer la ronde. Progressivement, la Grande Prêtresse mène la danse en spirale vers l’intérieur, jusqu’à ce que le Coven soit proche du centre. Lorsqu’elle est prête, la Grande Prêtresse s’arrête et dit à tous de s’assoir en un cercle serré autour du plat recouvert, tourné vers l’intérieur.

La Grande Prêtresse dit :

« Voici le Mystère ; c’est en silence que croît la graine de sagesse. »

Elle retire alors le tissu du plat, révélant l’épi de blé. Tous contemplent l’épi de blé en silence pendant un moment.

Lorsqu’elle est prête, la Grande Prêtresse se lève et va à la bougie de l’Est. Le Grand Prêtre se lève et va à la bougie de l’Ouest, et ils se tiennent face à face, le coven assis entre eux deux. La Grande Prêtresse déclame :

« Adieu, Ô Soleil, lumière qui revient toujours.
Dieu caché, qui, pourtant toujours demeure parmi nous.
Il s’en va, à présent, pour le Pays de Jeunesse,
Passant par les Portes de la Mort,
pour conserver son trône, du juge des dieux et des hommes,
Du Meneur Cornu des hôtes de l’air.
Pourtant, alors qu’il se tient invisible à l’extérieur du cercle,
Il réside également dans la semence secrète –
La semence de la nouvelle récolte, la semence de chair :
Cachée dans la terre, la merveilleuse semence des étoiles.
En Lui est la vie, et la vie est la lumière des hommes,
Ce qui n’est jamais né, jamais ne meurt.
C’est pourquoi, les Sages ne pleurent pas, mais se réjouissent. »

La Grande Prêtresse soulève bien haut ses mains pour bénir le Grand Prêtre, qui lui répond par le même geste.

La Grande Prêtresse et le Grande Prêtre rejoignent le coven (qui à présent est debout) et le conduisent dans une lente danse en spirale dextrogyre, qui progressivement tournoie vers l’extérieur, vers le périmètre du Cercle. Lorsqu’elle estime que l’accent a été suffisamment mis sur le mouvement en spirale, la Grande Prêtresse ferme la ronde en prenant la main du dernier sorcier de la chaine et accélère le pas jusqu’à ce que le coven danse une ronde rapide et joyeuse. Après un moment, elle s’écrit : « À terre ! » et tout le monde s’assoit.

La Jeune Fille replace le plat avec l’épi de blé sur l’autel et le tissu qui l’a recouvert à côté de l’autel.

Le Grande Rite est à présent célébré, suivi du vin et des gâteaux.

Après le vin et les gâteaux s’ensuit le Jeu de la Bougie, tel qu’il est décrit dans le rituel d’Imbolg ; qui devrait mettre tout le monde dans le bon état d’esprit pour le moment de la petite fête.