La Charge en Prose

Téléchargez le cours : Le voyage au tambour

LA CHARGE, doit être lue pendant que l’initiée attend, correctement préparée devant le cercle.

[Le Magus] :

« Écoutez les paroles de la Grande mère, qui était jadis également appelée parmi les hommes, Artémis, Astarté, Dioné, Mélusine, Aphrodite, Cerridwen, Diane, Arianrhod, Bride et par beaucoup d’autres noms. »

[La Grande Prêtresse] :

« Devant mes autels, les jeunes de Lacédémone à Sparte rendaient les sacrifices attendus. Chaque fois que vous aurez besoin de quelque chose, une fois par mois et de préférence lorsque la lune est pleine, vous vous réunirez en un lieu secret et adorerez mon esprit, moi qui suis la reine de toutes les sorcelleries et magies. Là vous vous rassemblerez, vous qui prenez plaisir à apprendre la sorcellerie et qui n’avez pas encore atteint ses plus profonds secrets ; à ceux-là, j’enseignerai des choses qui sont encore inconnues. Et vous serez libres de tout esclavage et en signe de votre réelle liberté, vous serez nus lors de vos rites et vous danserez, chanterez, festoierez, jouerez de la musique et ferez l’amour, tout cela pour me rendre hommage. »

« Car mienne est l’extase de l’Esprit, et mienne est aussi la joie sur terre. Car ma Loi est Amour pour toutes les créatures. »

« Gardez purs vos plus grands idéaux. Tendez toujours vers eux. Que rien ne vous arrête ni ne vous en détourne. »

« Car mien est le secret qui ouvre sur la porte de la jeunesse ; et mienne est la coupe de Vin de Vie ; et le Chaudron de Cerridwen, qui est le Saint Graal de l’Immortalité. »

« Je suis la Gracieuse Déesse qui offre le don de la Joie dans le cœur de l’Homme. »

« Sur Terre, je donne la connaissance de l’Esprit Éternel et au-delà de la mort, je donne la paix et la liberté, et les retrouvailles avec ceux qui vous ont précédé. Je ne demande aucun sacrifice ; car sachez que je suis la Mère de toutes choses, et mon amour se répand sur terre. »

[Le Magus] :

« Écoutez les paroles de la Déesse Étoile ; celle dont le corps encercle l’univers et dont la poussière des pieds abrite les armées du ciel. »

[La Grande Prêtresse] :

« Je suis la beauté de la verte terre, et la blanche Lune parmi les Étoiles, et le mystère des Eaux, et le désir du cœur de l’homme, j’appelle ton âme : lève-toi et viens à moi. »

« Car je suis l’âme de la nature, qui donne la vie à l’univers ;  ‘De moi, toutes choses proviennent, et à moi toutes choses doivent retourner’ ; Aimé des Dieux et des hommes, ton soi divin le plus profond sera enveloppé dans les ravissements de l’infini. »

« Que mon culte soit dans le cœur qui se réjouit, car sachez que : tous les actes d’amour et de plaisir sont mes rituels ; et par conséquent, que soient en vous la Beauté et la Force, le Pouvoir et la Compassion, l’Honneur et l’Humilité, la Gaieté et le Respect. »

« Et toi qui penses me chercher, sache que ta quête et ton ardent désir ne te serviront pas à moins que tu ne connaisses le mystère, car si ce que tu cherches, tu ne le trouves pas en toi, tu ne le trouveras jamais à l’extérieur de toi, car sache que j’ai été avec toi depuis le début ; et je suis ce qui est atteint lorsque le désir prend fin. »