Wicca et sorcellerie préhistorique

Téléchargez le cours : Le voyage au tambour

Par Artus.

À l’époque où j’ai commencé à m’intéresser à la wicca, la plupart des gens avaient une vision assez rationnelle de son Histoire. A part les ados de quinze ans qui venaient de débarquer, plus personne ne croyait aux théories de Margaret Murray sur la continuité de la sorcellerie depuis la nuit des temps. Et les personnes qui avaient ce genre de croyances se faisaient insulter.

Aujourd’hui, chaque fois que nous publions un article sur l’Histoire de la sorcellerie ou de la wicca, nous recevons toujours au moins un commentaire d’une personne qui croit en la continuité de la sorcellerie. Je n’y ai jamais répondu parce que je trouve plus utile d’écrire des articles qui restent que des commentaires Facebook qui disparaissent. Et je ne savais pas trop quoi penser de l’ampleur de ce phénomène. Les personnes qui s’expriment ne sont pas forcément représentatives de l’ensemble d’un mouvement.

Ces derniers temps, je regarde un peu ce qu’il se fait du côté de YouTube en matière de wicca. Je m’intéresse en particulier à ce que l’on pourrait appeler la « wicca milléniale ». Et je me rends compte que dans cette nouvelle génération, il est assez habituel d’affirmer que la wicca est issue en ligne directe de la sorcellerie préhistorique. Si des gens qui s’expriment sur YouTube racontent cela, de nombreuses personnes doivent le croire.

Si vous avez cette vision des choses, je ne vais pas vous insulter comme cela se faisait au début des années 2000. Si la situation n’a pas évolué dans le bon sens depuis cette époque, c’est probablement parce que l’humiliation n’a pas vraiment de vertus éducatives. Mais je vais essayer de vous expliquer pourquoi il est intéressant de regarder au-delà de la légende lorsqu’un sujet vous intéresse. Cette croyance en la continuité était normale à l’époque de la création de la wicca. Mais depuis, notre manière d’appréhender l’Histoire a beaucoup évolué.

Certaines personnes vont même jusqu’à prétendre que le christianisme s’est développé en recopiant cette sorcellerie préhistorique. C’est certain que le christianisme a recopié des traditions plus anciennes. Sur bien des aspects, l’histoire et le culte de Jésus sont inspirés d’Attis. Marie est également inspirée de Cybèle. La pensée chrétienne ordinaire est inspirée du stoïcisme. Sa théologie est inspirée du néoplatonisme. Mais entre la sorcellerie préhistorique et la culture gréco-romaine, il s’est tout de même écoulé quelques millénaires.

Pour ce qui est de la wicca, elle n’existe que depuis soixante-dix ans et d’un point de vue pratique, elle s’inspire essentiellement de l’occultisme. Par exemple, dans la wicca traditionnelle, le rite d’ouverture est inspiré de la Golden Dawn, les rites initiatiques sont inspirés de la franc-maçonnerie, la conclusion du rituel avec les gâteaux et le vin est reprise de l’OTO… Tout cela n’a pas grand-chose à voir avec la sorcellerie préhistorique. Les cultures tribales n’utilisant pas l’écriture sont plus proches de la culture préhistorique. Et comme il existe un dénominateur commun dans leurs pratiques à travers le monde, on peut supposer qu’elles possèdent une dimension universelle et qu’elles se rapprochent de la sorcellerie préhistorique.

Voici une première raison d’apprendre à appréhender les choses d’une manière plus profonde et plus rationnelle. Si c’est vraiment la sorcellerie préhistorique qui vous passionne, au lieu de pratiquer une magie cérémonielle de seconde main, intéressez-vous à de véritables pratiques animistes. Dans la zone de téléchargement du Sidh, vous pouvez trouver un cours de néo-chamanisme Harner. Cela peut être un bon début. Vous pouvez ensuite lire Michael Harner pour mieux comprendre d’où viennent ces pratiques. Harner était anthropologue et il a justement recherché le dénominateur commun entre les différentes pratiques animistes. Ensuite, vous pouvez vous intéresser à certaines traditions en particulier. C’est devenu difficile aujourd’hui, parce qu’avec la mode du tourisme chamanique l’information est fortement polluée. Mais c’est justement l’occasion d’apprendre à faire le tri. Et ensuite, vous pouvez vous émanciper des traditions pour trouver votre propre style, selon votre sensibilité personnelle.

Pendant des millénaires, la culture a été imposée par les détenteurs de l’écriture, généralement des prêtres. Puis nous avons massivement appris à lire. Mais la culture était imposée par des médias de masse, journaux, radio, télévision. Aujourd’hui avec internet, nous sommes libres de créer notre propre culture. Et en créant notre propre culture, nous créons notre propre réalité. C’est pour cela que dans un précédent article, j’affirmais que notre époque est celle de la sorcellerie. Parce que chacun est libre de créer sa propre réalité. Malheureusement, l’école nous a appris ce que nous devons penser, mais elle ne nous a pas appris à penser.

Je ne suis pas en train de vous dire que ma réalité est la bonne. Nous avons tous un vécu différent et une sensibilité différente. Il est normal que votre réalité soit différente de la mienne. Mais toutes les croyances ne se valent pas. Certaines choses sont objectivement vraies et d’autres sont objectivement fausses. Si par exemple, vous décidez que la terre est plate, cela n’apportera que de la confusion dans votre vie. Il est dommage d’être sorti de l’époque des dogmes, puis de celle des médias de masse, pour adopter des croyances encore plus absurdes sans personne pour nous les imposer. Mon but n’est pas de vous dire ce que vous devez penser. Ce genre d’attitude n’est justement plus dans l’air du temps. Mon but est de vous inciter à apprendre à penser. Apprenez à chercher. Apprenez à creuser. Apprenez à comparer. Apprenez à raisonner avec objectivité.

Le but profond de cette démarche est d’apprendre à dépasser la mauvaise foi. La mauvaise foi nous pourrit la vie. Nous faisons une erreur. Mais nous sommes trop orgueilleux pour le reconnaître et nous recommençons. Et plus nous reproduisons les mêmes erreurs, plus elles nous font souffrir. C’est pour cela que selon Socrate « raison = bonheur ». L’absence de raison nous empêche d’évoluer. Et l’évolution permet de nous libérer des schémas qui nous font souffrir.

Plus nous sommes concernés par un sujet et plus il est difficile d’être de bonne foi. Il est difficile de développer notre raison en faisant face à nos problèmes personnels. Appréhender objectivement l’histoire d’une tradition qui nous attire est un exercice intéressant. Nous sommes concernés, mais pas trop. Cela permet de développer notre raison dans un contexte beaucoup plus facile. Ensuite, il est possible d’appliquer ce que nous avons appris dans le contexte plus complexe de nos problèmes personnels.

J’ai déjà parlé de l’intérêt du rationalisme dans le contexte de la divination. Et comme je le disais, il n’est pas forcément facile de proposer une méthode pour développer la raison. Mais encore une fois, je vais essayer de vous donner quelques indications. Je vais prendre l’exemple de la trilogie Matrix pour illustrer mes explications. Avec un exemple tiré de la culture populaire, cela sera beaucoup plus simple. Et il se trouve que cette trilogie a justement été conçue pour nous inciter à penser et à creuser. Nous adoptons généralement des idées parce qu’elles nous plaisent, mais nous ne les avons pas vérifiées. Il est amusant de constater que les gens qui s’imaginent être libres en croyant n’importe quoi citent souvent Matrix en disant qu’ils ont pris la pilule rouge. Ces gens n’ont pas compris le message de Matrix. Ils ont seulement cru les affirmations de Morpheus, sans chercher plus loin. Mais le message porté par la trilogie est très différent de celui de Morpheus.

Dans la mythologie, Morpheus est le dieu du rêve. Pour comprendre la nature de la réalité, est-ce vraiment si malin de faire confiance à un personnage qui porte ce nom ? D’autant que dans le monde des machines, il a appelé son vaisseau « le Nebuchadnezzar ». Il s’agit du nom hébreu de Nabuchodonosor, le roi de Babylone, symbole de la corruption et de la décadence. Lorsque Morpheus montre la « réalité » à Néo, il le fait d’abord à travers un écran de télévision, puis à travers un univers virtuel. Cela a-t-il suffi à vous convaincre ? Si dans la dualité de Morpheus, le rouge représente la réalité, et le bleu l’illusion, pourquoi la fille en rouge représente-t-elle l’illusion ? Ne devrait-elle pas être en bleu ?

Dans le second épisode, la plupart des gens n’ont pas compris le discours elliptique de l’architecte. Mais avez-vous exploité ce qui avait été mis à votre disposition ? Dans le premier épisode, Néo cache une disquette dans un faux livre. Il s’agit de « Simulacres et simulation » de Jean Baudrillard au chapitre sur le nihilisme. Connaissez-vous ce livre ? Avez-vous eu la curiosité de vous intéresser à son contenu ? Avez-vous lu le chapitre sur le nihilisme ? Il se trouve que ce chapitre explique comment le nihilisme finit toujours par être récupéré par le système et en faire partie intégrante. Et l’architecte tient le même discours au sujet de l’anomalie représentée par Néo. Au passage, avec sa bande-son allant de Rob Zombie à The Prodigy en passant par Rob D (et tous les autres), le fait que Matrix soit une série de films à succès illustre assez bien comment l’anomalie de la contre-culture a fini par s’intégrer au système pendant les années 1990.

Si vous avez encore des doutes sur le fait que le choix proposé par Morpheus est une arnaque, Néo rencontre un enfant moine qui lui dit que la cuillère n’existe pas. Plus tard, Néo reçoit une cuillère similaire dans le monde des machines. Néo a développé des pouvoirs dans la matrice en prenant conscience de son illusion. Et il finit par développer les mêmes pouvoirs dans le monde des machines, ce qui démontre définitivement qu’il s’agit également d’une illusion. En fait, le but de la trilogie Matrix est d’illustrer le concept bouddhiste de sunyata, à savoir que la dualité n’a pas d’essence. La pilule rouge ne vaut pas mieux que la bleue parce que les deux expriment la séparation et donc, l’illusion.

Maintenant, tout ce que vous avez appris avec Matrix, vous pouvez l’utiliser avec la wicca. Ne me croyez pas sur parole. Étudiez les rituels traditionnels. Comparez-les avec ceux de la Golden Dawn, de la franc-maçonnerie et de l’OTO. Et observez par vous-mêmes les similitudes. Intéressez-vous à la vision actuelle des historiens sur l’Histoire de la sorcellerie. Commencez par exemple par lire l’article de Wikipedia sur Margaret Murray.

Les articles Wikipedia ne sont jamais parfaits. Par exemple, l’article sur Murray affirme que ses idées imprécises sont partiellement responsables du mythe du matriarcat. En réalité, ce mythe a été créé au XIXe siècle par Johann Bachofen, bien avant Murray. Murray n’est pas responsable de ce mythe, elle n’a fait que l’enrichir. Les articles Wikipedia contiennent souvent ce genre d’imprécisions. Mais Wikipedia reste généralement une bonne base. Aucun article Wikipedia ne vous dira que la terre est plate.