La Ronde des Sorcières

Téléchargez le cours : Le voyage au tambour

La Ronde des Sorcières
Par Anon, traduction Lune

Employée de nos jours pour ériger le cône de pouvoir, cette danse ancienne peut être utilisée en solitaire ou en coven complet. Il est préférable de faire descendre la lune juste avant, ainsi les Dieux se mêleront aux énergies générées dans l’extase de la danse et accompliront ainsi votre volonté.

Tout le monde se donne la main pour former un cercle autour de la grande prêtresse. Visages tournés vers la gauche, yeux bien fermés, évoquez une torrent de pouvoir qui s’écoule dans le cercle, allant d’une personne à l’autre, d’un homme à une femme et d’une femme à un homme, à travers le cercle qui n’a ni commencement ni fin, en accumulant la force lorsqu’elle surgit.

Lorsque le cercle se maintient ainsi, dans une sorte d’intensité statique, la grande prêtresse commence à taper dans ses mains, au rythme des battements du cœur. À ce signal, tous rouvrent les yeux et marchent dans le sens contraire de la course du soleil ; lentement tout d’abord, puis d’un pas plus rapide au fur et à mesure de l’accélération du battement des mains de la grande prêtresse, et ce jusqu’à ce que trois tours de cercle aient été effectués. Cela doit être accompli sans à-coups ni maladresse.

À présent, changez de direction et dansez dans le sens de la course du soleil sur le chant des sorcières (ou autrement nommé la rune des sorcières) ou quelque autre air ; lentement au début, mais de plus en plus vite, encore et encore, jusqu’à ce que le pouvoir atteigne son pic, la Grande Prêtresse devra le relâcher en criant : « Assis ! », ce sur quoi tout le monde devra se laisser tomber à terre pour s’asseoir en cercle, face à elle. C’est ainsi que le cône de pouvoir était érigé jadis.