Les dangers de la wicca

Téléchargez le cours : Intégrez la magie dans votre quotidien

Par Artus.

Certaines personnes croient qu’inculquer leurs peurs aux autres est une forme de bienveillance. De ce fait, lorsque nous partageons une pratique sur les réseaux sociaux, nous recevons régulièrement un commentaire affirmant, au choix :

  • Que cette pratique est dangereuse.
  • Qu’il faudrait lui associer telle autre pratique pour la rendre moins dangereuse.
  • Qu’il ne faudrait pas la diffuser librement.
  • Qu’il faut être accompagné par un « maître » pour la pratiquer.

Bien souvent, ces peurs sont totalement infondées. La pratique en question est une banale visualisation. Elle ne propose aucune méthode sérieuse pour changer d’état de conscience. C’est juste que certains mots éveillent les peurs de la personne qui fait la remarque. Mais, à moins d’être gravement perturbé psychologiquement, ces pratiques sont douces et sans danger. Si vous avez des problèmes d’ordre psychiatrique, il est évident qu’il est préférable d’éviter les pratiques spirituelles. Mais sinon, vous ne risquez rien avec ces pratiques.

Parfois, certaines pratiques sont effectivement remuantes. Mais c’est finalement le cas de toutes les pratiques spirituelles véritablement efficaces. Et au pire, qu’est-ce que vous risquez ? Vous allez être un peu agité émotionnellement pendant quelques jours. Ces expériences sont de bonnes occasions pour se recentrer sur soi-même, pour apprendre à accepter ces émotions qui se trouvent en nous et pour prendre conscience que nous ne sommes probablement pas aussi évolués spirituellement que nous voulons bien nous le raconter. Nous passons tous par là de temps en temps et cela n’a rien de très dangereux. En réalité, c’est lorsqu’une pratique ne remue jamais rien qu’il faut se poser la question de son efficacité.

Les méthodes les plus dangereuses sont finalement celles qui sont censées nous stabiliser alors qu’elles nous font décoller. Avec ce genre de confusion, il n’est pas toujours facile de savoir s’arrêter. C’est le cas de toutes les pratiques d’ancrage basées sur le premier chakra. Ce chakra est lié à la kundalini et non à l’ancrage. La focalisation sur ce chakra stimule la kundalini. Dans le même genre, la purification des nadis est également dangereuse parce qu’on la présente souvent comme une technique de préparation alors que pratiquée correctement, elle est très intense.

Il y a quinze ans, j’ai vraiment fait n’importe quoi avec la purification des nadis. Je cherchais plus de stabilité émotionnelle. Je pensais que la purification des nadis était une bonne méthode pour atteindre cela. J’avais suivi les conseils d’un soi-disant traditionaliste. Selon lui il faut pratiquer la purification des nadis au maximum de sa capacité respiratoire. Notre capacité respiratoire se développe assez vite. En quelques mois, je pratiquais avec des cycles respiratoires supérieurs à la minute. Sauf qu’en réalité, une telle pratique demande une grande expérience et une bonne stabilité émotionnelle. Mais malgré les informations contradictoires à ma disposition, j’ai rapidement compris par moi-même que la purification des nadis n’aidait pas à développer la stabilité émotionnelle. Et finalement, il ne m’est rien arrivé de fâcheux.

Pour ceux qui croient qu’un maître est la solution, le fait d’être accompagné ne fait qu’aggraver les problèmes. Avec un maître, nous sommes plus hystériques et donc plus facilement agités émotionnellement. Nous attendons trop de l’extérieur. Mais pour dépasser les difficultés spirituelles, il faut au contraire se recentrer sur soi et être responsable de son expérience. Et pour des raisons évidentes, il est beaucoup plus facile d’y arriver seul.

Il existe trois grandes phases dans notre manière d’appréhender la négativité. Au départ, nous pensons que nos ressentis viennent de l’extérieur et nous cherchons à nous protéger. Le seul vrai danger de la spiritualité vient de cette manière d’envisager les choses. En effet, une telle vision du monde nous rend relativement impuissants, car nous cherchons à nous protéger de l’extérieur alors que le problème se trouve à l’intérieur. Plus vite nous quittons cette phase, plus vite nous pouvons tenter n’importe quelle expérience sans grands risques. Le problème est que de nombreuses personnes se croyant expérimentées n’ont jamais dépassé ce stade. C’est pour cela qu’elles perçoivent toutes sortes de dangers chimériques.

Ensuite, nous comprenons que notre perception du monde n’est pas objective. La réalité dans laquelle nous vivons est une création subjective de notre esprit. Nous entrons alors dans une phase de guérison/purification. Cette phase est encore un piège parce qu’elle ne mène nulle part. Pendant un temps, nous maintenons l’illusion d’avoir réglé nos problèmes. Et une épreuve plus forte que les autres nous montre qu’ils sont toujours là. Mais cette phase, même si elle est vaine, nous permet de retrouver le pouvoir sur notre réalité. Elle permet de développer une vie paisible.

Plutôt que de vouloir changer qui nous sommes, la vraie solution consiste à accepter nos ressentis et à les regarder sans peur, avec le sourire. Nous ne pouvons pas changer fondamentalement qui nous sommes. Nous pouvons seulement changer nos comportements. Et en apprenant à accueillir nos ressentis les plus sombres avec le sourire, nous adoptons automatiquement de meilleurs comportements.

Bien sûr, nous ne passons pas d’une phase à l’autre de manière mécanique. Selon notre état d’esprit du moment, nous pouvons régresser. Et il ne suffit pas de comprendre intellectuellement ce cheminement pour le vivre. Même si vous comprenez que l’important est de s’accepter tels que nous sommes, si vous débutez, vous ressentirez un besoin de protection dans les situations difficiles. Et si vous avez le sentiment que c’est la meilleure option pour vous, faites-le.

En conclusion, faites vos expériences au lieu de croire n’importe quoi. Avancez à votre rythme, mais évitez de suivre vos peurs pendant trop longtemps. Et vous verrez que quoi que vous fassiez, vous ne risquez pas grand-chose. Évitez aussi de croire n’importe qui. On se base souvent sur des facteurs subjectifs pour déterminer l’expérience d’une personne. Même si elle a 70 ans, même si elle est dans la wicca depuis 40 ans, même si elle a côtoyé diverses traditions, si une personne vous énumère tout un tas de dangers, c’est qu’elle est encore débutante. Certaines personnes n’ont jamais vraiment évolué depuis l’enfance et elles continuent, à leur manière, de croire qu’un monstre est caché sous leur lit. Le seul danger de la spiritualité est le rapport immature que nous entretenons face à notre propre négativité. La sorcellerie représente la liberté et il est dommage de vouloir suivre cette voie tout en restant l’esclave de ses peurs.