Initiations et Degrés

Téléchargez le cours : Le voyage au tambour

Initiations et Degrés par Psyche ©, traduction Lune

Initier veut dire « commencer » et provient du latin initium. Dans le contexte des initiations Païennes ou Wiccans, cela peut signifier l’acceptation au sein d’un coven ou d’une tradition particulière. Cela peut aussi signifier que la Déesse ou le Dieu a appelé ou reconnu une personne en particulier.

Le sondage de mars (du site Spiral Nature) pose la question : est-ce qu’une initiation au sein d’un coven est nécessaire pour devenir une « vraie sorcière » ? C’est gratifiant de voir que la plus grande majorité d’entre vous a voté sensiblement, en reconnaissant que « non », ce n’était pas une condition nécessaire. Il y a dix ans, cela n’aurait pas été le cas.

Occasionnellement, sur le net ou lors de festivals, quelqu’un se présente comme étant Lady Machin ou Lord Trucmuche, troisième degré consacré Grand/e Sorcier/ère de la Tradition X, Grand/e Prêtre/sse, etc. On peut supposer que c’est destiné à impressionner, cependant, et sincèrement, ces gens ont plutôt tendance à se ridiculiser qu’autre chose.

Les initiations dans un coven, ses degrés, ont une signification au sein de ce coven-là. En dehors du cercle, ils ne doivent jamais être considérés comme des preuves concrètes d’un savoir, d’une capacité ou d’une compétence, même si le coven est de la même tradition, ou semblable à celle que vous pratiquez ou avec laquelle vous êtes familiarisée. Chaque coven possède ses propres règles et conditions pour son système de degrés, et, même au sein d’une même tradition, ces conditions ne sont pas réciproquement absolues.

Il semble y avoir quelques groupes et sociétés louches ici et là qui prétendent former des sorcières via Internet et qui essayent de soutirer de l’argent contre le douteux privilège de recevoir une de leurs « initiations astrales ».

La vérité skyclad (ndlt : jeu de mot pour la vérité nue), c’est que les seules créatures qui ont autorité à initier quelqu’un sont la Déesse et le Dieu. Les Mystères de l’initiation divine sont conférés à travers l’expérience. Les initiations en coven ou les auto-initiations sont simplement prévues pour reconnaître lorsqu’un rite de passage a été vécu, c’est une reconnaissance physique de ce qui a déjà été spirituellement gagné.

Il y a une expression parmi les néo-païens les plus sensibles qui dit : « une sorcière est une sorcière qui est une sorcière ». Ce qui signifie, quelques soient la tradition, le degré ou l’école de sorcellerie auxquels elle souscrit, une sorcière est reconnaissable d’après certains standards de légitimité, indépendamment de la manière dont elle l’est devenue.

Il y a certainement des étapes différentes de savoir et de capacité, mais cela ne confère pas, ni n’excuse, tout pouvoir sur une tierce personne. Le paganisme ne possède aucune hiérarchie formelle, il n’a aucun évêque ni decan (ndlt : président du Collège des cardinaux), ni imams, ni rabbins. La Prêtrise et les degrés sont définis au sein de chaque coven individuel. Le respect doit être gagné, non pas forcé, et on ne doit pas attendre ce respect uniquement parce qu’on utilise des titres.

En tant que païens, nous reconnaissons que nous sommes sur un terrain de jeu à différents niveaux, chaque personne peut être à une étape différente du parcours, mais sans donner de leçons, et cela n’accroît pas leur importance au sein de la communauté Païenne.

Photo : Alex Sanders présente les objets rituels à Janet Owen (future Mme Farrar) lors de son initiation.