Garde-Robe Sorcière (et Skyclad)

Téléchargez le cours : Le voyage au tambour

par Phyllis Curott ©, traduction & adaptation Lune

witch

« Tout tourne autour des vêtements, » mes amies et moi disons toujours cela en riant. Lors des rituels, les Sorcières peuvent porter des robes, des robes de cérémonie particulières, des chemises et pantalons ou simplement des vêtements de ville. Pour citer mon amie Sorcière Australienne, Fiona Horne, « la Nudité est sacrée ». Beaucoup de Sorcières travaillent sans aucun vêtement ou « skyclad » (ndlt : vêtues de ciel »). Mon cercle fait tout cela, en fonction du rituel.

Le travail skyclad est probablement l’un des aspects religieux les plus singuliers de la Sorcellerie Moderne. Pour les Sorcières, le corps est saint et sacré, parfaitement sans péché, et il est une magnifique expression de la beauté et du génie divin. Le travail dans la nudité est un symbole de vérité – et le fait est que nous sommes tous nus devant le divin. La nudité rituelle m’a réellement aidé, ainsi que nombre d’autres femmes avec qui j’ai travaillé, à vaincre les horribles pressions que nous met la culture patriarcale pour nous conformer à des standards esthétiques inatteignables. Ensemble nous avons réalisé que toutes les femmes sont incroyablement belles, peu importe notre apparence. Les hommes ont leur propre vision de l’image du corps et je pense qu’ils trouvent également que le travail skyclad est une expérience profondément libératrice et puissante.

Les personnes nouvelles s’inquiètent parfois du travail skyclad des coven mixtes qui soulèverait toutes sortes de questions et tensions sexuelles – en fait, j’ai trouvé que cela créait l’effet inverse. C’est l’expression et le reflet d’une profonde confiance et d’un profond respect que nous éprouvons les uns pour les autres. Au sein de mon cercle, nous avons tendance à réserver le travail skyclad pour certaines occasions, lorsque nous célébrons des rituels importants et faisons de la magie puissante parce que cela renforce le pouvoir, le charme et la singularité de l’expérience. Nous possédons également des vêtements spéciaux que nous utilisons lors des rituels publics, mais que nous gardons simples – les femmes préfèrent les belles robes de cérémonies et les hommes portent souvent des chemises à jabot ou les robes de velours en hiver. Parce que nous sommes un coven public qui se consacre à combattre les stéréotypes négatifs à propos des Sorcières, nous ne portons pas de noir lors des rituels publics (et nous n’en portons pas au sein de nos cercles privés, à l’exception de Samhain, à moins que nous portions nos vêtements de ville). Et nous travaillons beaucoup dans nos vêtements de ville parce que notre tradition concerne nos vies dont la magie fait partie – nous ne faisons pas la distinction habituelle entre le matériel et le sacré, à la place nous tentons de découvrir le Sacré à l’intérieur du « matériel ».

Nous avons tous des bijoux, et nous portons généralement nos pentacles et autres symboles, tels des pendentifs représentants la déesse, en public. Bien que chacun des bijoux que je possède m’est précieux – particulièrement l’élégant camée de ma grand-mère qui représente la Déesse Aurora sur son char, le collier de ma mère représentant Athéna et la broche Serpent vert et or de chez David Webb – je sais que le pouvoir ne réside pas eux, mais qu’il est en moi. Même si je possède une couronne ornée d’une lune, je la porte uniquement lors d’occasions très spéciales.

En résumé, je pense que vous devriez faire ce qui vous semble le mieux quant aux questions d’habillement et de bijoux. Pour les bijoux, je suis les conseils de ma mère : moins il y en a, mieux c’est ! Et souvenez-vous, vous n’avez pas besoin de porter une robe coûteuse et encombrante ou encore une longue cape ornée d’un immense pentagramme pour être une Sorcière.