Bannissement par le Détachement

Téléchargez le cours : Intégrez la magie dans votre quotidien

Par Taylor Ellwood ©, traduction Lune

Souvent lorsque le concept de bannissement est considéré magiquement, on a l’habitude de prescrire un nettoyage et/ou un dégagement de l’espace. Cela peut impliquer des objets physiques, mais aussi des énergies spirituelles avec lesquelles on peut avoir à travailler, mais qui ne sont pas une partie ou une parcelle de vous même et de votre environnement. L’exemple de Farber, magicien traditionnel, réalisant un bannissement est un excellent exemple d’approche traditionnelle de bannissement :

« Avant de commencer, elle/il décroche le téléphone, éteint la télé et verrouille la porte. Elle/il s’assure d’exclure du cercle tout ce qui est contrariant et inutile à son travail. Cela peut aussi impliquer un nettoyage très basique, passer un coup de balai pour se débarrasser de la saleté ou de la poussière, laver les sols, les murs, les plafonds. Pour notre hypothétique magicien, même la plus légère imperfection peut perturber le rituel, on ne sait jamais ce qui peut provoquer la distraction. (Farber, 1995, pp.15-16) »

Cette approche traditionnelle marche pour une personne. Lorsque je banis, avant et après un travail magick, je visualise parfois l’énergie nettoyée profondément et je fais même certaines des choses mentionnées dans la citation.

Cependant, le bannissement nécessite parfois des moyens différents. C’est sûr, vous pouvez désactiver la sonnerie du téléphone et nettoyer physiquement votre espace, mais si vous avez certains travaux magicks en cours dans cette pièce, effectuerez-vous le bannissement ? Et si vous travaillez avec une entité et que celle-ci est logée dans un objet de la pièce où vous travaillez magickement ? Et finalement, si vous vouliez juste lancer un challenge à votre propre discipline ? Il y a une autre manière de faire des bannissements… si vous voulez apprendre le détachement.

Par exemple, j’ai sur les murs de ma maison, des symboles que j’ai peint moi-même. Ces sigils sont toujours chargés et ardents. Mais traditionnellement, les sigils sont défaits juste après avoir été créés. L’énergie du sigil est bannie par certains moyens de destruction. Bien sûr, l’acte de bannir est aussi le moyen d’obtenir l’énergie pour travailler, pour manifester le désir. Mais je constate que mes travaux sur les sigils sont intensifiés, non pas par leur destruction, mais par leur conservation et le fait de les garder dans un endroit où je les vois tous les jours.

Bien que certains soutiennent que par le fait de voir le symbole tous les jours, j’empêche la manifestation du désir, je constate qu’après deux jours, j’ai oublié le but du symbole et celui-ci devient en fait une part de mon environnement, une part de mon subconscient. Je bannis le sigil en me détachant de lui, afin qu’il n’ait plus de sens en dépit du fait qu’il continue d’exister sous une forme matérielle. Je constate que ce type de pratique est bon à des fins disciplinaires, car si vous pouvez apprendre à vous couper de ce qui vous entoure, apprendre à le dénuer de toute signification, vous pouvez travailler magiquement dans des circonstances où vous pouvez facilement être distrait et ne pas avoir besoin de faire un bannissement traditionnel.

Le principe du détachement, avec le bannissement, fonctionne quand vous ne trouvez pas de signification à ce qui vous entoure. Si rien n’a de sens autour de vous, alors aucun pouvoir ne vous affectera. Nous nous détachons des significations, les nôtres et celles des autres formes de magick avec lesquelles nous travaillons et en faisant cela, nous bannissons ces énergies, ce n’est pas tant le fait de bannir ces énergies de la pièce, mais celles de notre conscience, donc nous pouvons nous concentrer sur des questions proches. Lorsque nous bannissons par le détachement, les distractions peuvent toujours persister, mais nous les ignorons par notre volonté. C’est une voie efficace pour vous discipliner lorsque vous faites de la magick et aussi pour comprendre que la signification est une réalité construite en opposition à une réalité inhérente.

J’aborde également le bannissement par le concept « zéro ». Cette discipline de bannissement implique un haut niveau de discipline :  » Qu’on l’appelle ‘le détachement’, ou ‘la non participation’, ou en d’autres termes, cela équivaut à un contrôle de conscience à un très haut niveau. Nous vivons tout le temps à un niveau plus élevé que nos activités, parce que nous travaillons sur quelque chose, quelque part. Pour contrôler pleinement les événements à un niveau particulier de conscience, nous devons fonctionner à un autre niveau encore. Si nous voulons devenir quelque chose, nous devons aussi ‘ne pas devenir tout le reste’ « (Gray, 1969, p. 24). Pour ne pas devenir tout le reste, cela implique de bannir ce ‘tout le reste’, mais vous ne pouvez pas nécessairement employer l’approche traditionnelle de bannissement pour le faire. Vous ne pourriez pas avoir le temps de tout nettoyer physiquement, juste d’éviter d’être distrait. Au lieu de cela, vous devez vous concentrer sur le sujet sur lequel vous voulez travailler et vous couper de tout le reste, le laissant de coté, plutôt que de lui donner de l’importance dans votre réalité. Et bien que ceci soit en arrière-plan, cela n’existe pas, parce que ce sur quoi vous êtes concentré est l’acte magick que vous êtes en train de réaliser. Cependant, la théorie c’est bien, mais un exercice concret, c’est mieux encore. »

Ce que vous voulez faire est un exercice sensoriel. Parce que ce sont nos sens qui nous apportent des stimuli, nous devons d’abord apprendre à les calmer, afin d’être capable de nous concentrer sur l’énergie extérieure. Le mieux est de faire cet exercice dans un cadre qui puisse fortement vous déconcentrer. Si vous pouvez bannir toutes les distractions dans un tel cadre, votre maison ou partout où vous travaillerez la magick, sera une broutille en comparaison.

Je recommande certains lieux au grand air où il y a beaucoup d’activité, telle qu’une place en ville ou un endroit un peu plus fermé avec beaucoup d’activité, comme un passage piétonnier. Sans regarder là où vous allez, ce que vous devez faire est de vous concentrer sur un des cinq sens, en bloquant les autres. Par exemple, touchez tout ce qui est autour de vous et sentez réellement les textures et ignorez tout ce que vous verrez, entendrez, sentirez et goûterez). L’idée, c’est d’apprendre comment concentrer votre attention sur une sensation spécifique, tandis que vous vous détacherez de tout le reste. Si vous êtes distrait dès le début. Et si vous vous sentez gêner par cette activité, souvenez-vous que le détachement ne se porte pas simplement sur les sensations physiques, mais aussi sur les émotions. Analysez pourquoi vous vous sentez embarrassé et détachez-vous ensuite de ce sentiment.

Un autre moyen de faire cet exercice, c’est de choisir un objet et de le regarder aussi intensément que possible. Commencez par écrire sur cet objet, décrivez-le avec autant de détails que possible. Encore une fois, la clef étant de se concentrer à tel point que rien qui ait un sens n’existe, sauf cet objet. Si quelque chose vous distrait, portez à nouveau votre attention sur l’objet et recommencez. En apprenant à vous concentrer comme cela, vous disciplinez votre esprit et bannirez en même temps ce qui vous entoure en choisissant de ne pas considérer ce contexte comme ayant un sens.

En commençant cet exercice physiquement, vous pouvez également apprécier et comprendre comment votre corps peut vous distraire par le biais des sensations. La clef pour apprivoiser l’esprit, est en partie trouvée via l’apprivoisement du corps, en apprenant quand ressentir ou quand se détacher. Une fois que vous maîtrisez la concentration à un niveau physique, appliquez le principe de détachement à un niveau mental. Détachez-vous des sensations physiques que vous ressentez et concentrez-vous sur un concept que vous désirez apporter dans la réalité. Visualisez le concept en termes concrets. Comment ce concept se manifestera-t-il dans la réalité ? Et comment mettrez-vous en forme ce concept ? Ignorez toutes pensées vagabondes, concentrez-vous uniquement sur le concept en devenir que vous voulez faire se manifester dans la réalité. Tout le reste n’existe pas. Tout ce qui existe à ce moment de manifestation, c’est vous et le concept que vous cherchez à faire se manifester dans la réalité.

La chose importante à se rappeler sur le « concept zéro », c’est qu’il exige de la discipline. Je favorise la discipline dans mes approches magick, parce qu’en apprenant à comment se focaliser et à se concentrer en toutes circonstances, cela vous permet d’être au top de n’importe quelle situation dans laquelle vous êtes. Nous n’avons pas non plus toujours le temps ou le luxe de bannir traditionnellement. Mais en apprenant à comment nous détacher de ce qui nous distrait, nous nions tout le pouvoir que la distraction a sur nous et en fait nous prenons ce pouvoir et l’ajoutons à la manifestation focalisée désirée. Ainsi, nous prendrions en réalité l’énergie qui nous distrairait et nous l’ajouterions à la magick que nous utiliserions. Nous faisons cela en ne devenant pas ce qui nous distrait. Une fois que vous vous êtes emparé du sens de la chose, vous vous emparé également de l’énergie et donc vous pouvez employer cette énergie et la mettre dans la signification qui est actuellement appropriée à vos efforts. (NdlT : désolée mais le gars qui a écrit ça, l’a écrit avec ses pieds. Pourtant, il paraît qu’il a un doctorat en « alphabétisation, rhétorique et pratique sociale » et qu’il enseigne dans une université).

Parfois, vous pouvez également constater que l’approche traditionnelle du bannissement ne fonctionnera pas à cause de votre environnement. Par exemple, comment bannissez-vous un collaborateur agaçant ? J’ai constaté qu’en apprenant à me détacher, en apprenant à rendre insignifiant ce collaborateur, la situation changeait. Le collaborateur est banni, il fait simplement partie du décor et vous êtes libre de poursuivre vos tâches sans être distrait. Mais vous pourriez vous poser la question : en pratiquant trop ce détachement, se pourrait-il que les choses autour de vous aient bien moins d’intérêt ? La chose la plus importante à se rappeler à propos de ce type de bannissement, c’est que vous déterminez le sens des choses dans votre vie. Ce que j’entends par là, c’est que c’est à vous de déterminer quand, qui ou quoi a du sens pour vous. Quand je suis concentré sur la magick, rien d’autre n’a d’importance, mais une fois cela fait, je m’investis dans ce qui compte pour moi quand je ne suis pas engagé dans un acte magick spécifique.

Indépendamment du choix de la méthode de bannissement, rappelez-vous que le but du bannissement n’est pas simplement de se débarrasser des influences distrayantes, mais plutôt de vous aider à vous concentrer afin que vos efforts puissent être dirigés vers ce que vous recherchez. En accomplissant ce but, vous effectuerez des bannissements qui seront couronnés de succès et vous ferez se manifester votre souhait, dans la réalité.

Travaux cités :

– Gray, William G. (1969) Magical ritual methods. York Beach: Samuel Weiser, Inc.

– Farber, Phillip H. (1995) Future ritual: Magick for the 21st century. Chicago: Eschaton Productions, Inc.