Brigit, la Déesse Qui Ne Mourra Jamais

Téléchargez le cours : Intégrez la magie dans votre quotidien

Brigit, la Déesse Qui Ne Mourra Jamais
Par Joan LANSBERRY ©, traduction Gaïa Lunerousse

BRIGID
Image par ?

Brigit est la déesse qui a survécu à l’attaque du christianisme. Elle n’a pas été transformée en démon comme bien d’autres Déesses. Si grand était l’amour des Irlandais pour cette déité, qu’ils ont retenu toutes Ses caractéristiques en tant que sainte chrétienne ! Ils ne pouvaient rien recevoir du christianisme s’ils ne pouvaient garder Brigit. Alors l’Église catholique n’a pas eu d’autre choix que de faire d’Elle une sainte. C’est une triple Déesse. C’est dans ce triple aspect de la Déesse que les chrétiens ont puisé l’idée de la Trinité. Le trèfle à trois feuilles a été originellement des « Trois Mères », aussi bien que les trois phases de la Lune sont Ses symboles. Elle partage quelques attributs avec l’ancienne triple Déesse grecque Hécate. Il y a aussi une sainte Bridget suédoise. La notoriété de Brigit s’est étendue au loin. Même aussi loin qu’Haïti dans les cœurs des Irlandais et des Écossais exilés, employés comme serviteurs. De fait, elle est passée par une radicale transformation, et sa cousine éloignée Maman Brigitte lui ressemble peu, étant plus une déesse de la vengeance. Malgré cela, elle a gardé les aspects de guérisseuse, appelée pour soigner ceux aux portes de la mort.

Brigit est connue sous des noms variés, Brigit étant la forme la plus ancienne. Les variations du nom sont : Brighid, Bride (écossais), Brid, Bridget, Brigantia (anglais), Brigan, Brigindo (gaulois) et Brigandu. Son nom dérivé de son adoration par les pré-chrétiens Brigantes, qui l’honoraient comme Junon, Reine du Ciel.

C’est au 18eme siècle que, sa flamme sacrée, qui était entretenue, d’abord, par des prêtresses, l’a été plus tard, par des nonnes, quand le lieu saint devint un couvent, à Kildare, Irlande. Ces dix-neuf prêtresses vierges étaient appelées Filles de la Flamme. Aucun homme n’était autorisé à leur côté. De fait, ces femmes recevaient ce qui leur était nécessaire d’autres femmes du village, donc elles n’avaient pas besoin d’avoir affaire à des hommes. Cette règle sans hommes exaspérait l’Église catholique. Parce qu’elles ne voulaient pas se soumettre à l’inspection d’un prêtre, l’évêque ordonna l’extinction de la flamme sacrée. Même alors, Brigit resta la plus populaire parmi les saints d’Irlande. Et en 1993, les sœurs brigidines d’Irlande rallumèrent sa flamme à Kildare.

Les triples aspects de Brigit sont l’Inspiration, l’Art de la Forge, et la Guérison. En tant que Déesse de l’Inspiration, elle bénit la poésie, la créativité, la prophétie et les arts. Elle a même été estimée comme déité patronne du langage, ayant inspiré l’alphabet. En tant que Déesse de la Forge, elle bénit les forgerons, les joailliers, et autres artisans du monde domestique. En tant que Déesse de la Guérison, elle bénit les guérisons physiques et spirituelles, la fertilité des champs, la fécondité du bétail et l’Art des sage-femmes.

Imbolc, la fête du printemps celtique, honore Brigit. Les Druides appellent ce jour sacré Oimelc, ce qui signifie « lait de brebis ». Se tenant le 1er ou 2 février, il célèbre la naissance et le renouvellement des moutons et des chèvres. Après la christianisation, la version de la Chandeleur implique aussi des rituels et des célébrations plus élaborés.

Ce jour là, beaucoup de foyers irlandais sont protégés par une croix de Sainte Brigitte, toujours faite dans l’urgence, comme dans des jours de vieillesse. Beaucoup de fables entourent la déesse/sainte Brigit. L’une d’elle dit qu’où elle aille, les fleurs poussent sous ses pieds. Une autre fable concerne son manteau. Sainte Brigitte demanda au roi pour le site de Kildare un comté appelé Curragh, une vaste terre où les moutons paissent en grands troupeaux, et où se déroulent des courses de chevaux, pour son couvent. Le roi refusa. Elle dit alors qu’elle serait satisfaite s’il lui donnait la terre que son manteau pourrait couvrir. Le roi accepta facilement. Mais, quand le manteau fut jeté à terre, il grandit et grandit jusqu’à couvrir toute l’étendue de Curragh. Il semblait qu’il couvrirait toute l’Irlande !

Son manteau magique est loué dans les poèmes et proverbes :

A Bhrigid, scar os mo chionn
Do bhrat fionn dom anacal

Oh Brigid étend au-dessus de ma tête
L’éclat de ton manteau pour me protéger

Les Irlandais mettent leurs amis, « fd bhrat Bhrigide », « sous le manteau de Brigid ». Pussiez-vous être en sécurité et au chaud « sous le manteau de Brigid « .

Soyez Bénis !