La Stregheria

Téléchargez le cours : Le voyage au tambour

La Stregheria. Sources : Stregheria & Strega & Witchcraft 101. Traduction & résumé par Kalaxa.

Introduction

La Stregheria est une tradition païenne basée sur les croyances et rites de l’ancienne Italie, qui prennent leurs sources dans la civilisation étrusque, connue sous le nom de « La Vecchia Religione » et dont le renouveau daterait du milieu du 14e siècle.

La Pratique

  • Les Sabbats

En Italie, les sorcières n’emploient pas le mot « Sabbat » pour les rites saisonniers, mais parlent de « Trequenda ». Comme dans de nombreuses traditions, ces célébrations sont au nombre de huit et suivent la « Roue de l’Année » (on recense plus de 200 dialectes différents en Italie aussi, les noms des fêtes sont très nombreux et j’ai choisi de mettre les appellations les plus courantes).

* Calenda : 31 octobre
* Saturnalia : 21/22 décembre
* Lupercus : 2 février
* Primeira : 21/22 mars
* Calendmaggio : 1er mai
* Solstizie d’Estate : 21/22 juin
* Cornucopia : 1er août
* Equinozio di Autunno : 21/22 septembre

Le feu est considéré par les pratiquants de la Stregheria comme le plus puissant des outils/éléments.

  • Le Cimaruta

technique_reve
Cimaruta (auteur du dessin inconnu)

Le Cimaruta [« chee-mah-roo-tah »] est un très ancien et très puissant charme, utilisé en Italie pour se protéger du mauvais-œil.

Il est composé d’un brin de rue auquel sont ajoutés des symboles : un poisson pour l’abondance, une lune entourée d’un serpent pour la puissance occulte, une clé pour la connaissance des secrets, une main pour repousser les influences négatives et une fleur de verveine pour la protection.

Le charme est toujours réalisé en argent et possède trois branches, représentant les trois aspects de Diana.

La Rue et la Verveine sont les deux plantes qui plaisent le plus à la Déesse. La Rue est aussi utilisée lors des rituels pour représenter la puissance du Dieu.

  • Panthéon

Déesse & Dieu

La stregheria ou strega est très semblable à la Wicca par de nombreux aspects, le principal était la reconnaissance de la dualité mâle/femelle de toute chose, qui se retrouve dans le Dieu et la Déesse.

Au cœur de l’Italie, les sorcières vénèrent la Déesse Diana et son époux, le Dieu Dianus.

Aradia

Toutefois, de nombreux pratiquants reconnaissent une troisième « entité », connue sous le nom d’Aradia. Aradia est avant tout un guide spirituel qui a enseigné que les pouvoirs traditionnels d’une sorcière, qu’elle appelle « cadeaux », appartiennent à quiconque adhère à la vieille religion. D’après elle, ces pouvoirs (ou cette puissance) étaient un avantage offert aux pratiquants des anciens cultes et non la raison pour devenir une sorcière.

« La Charge d’Aradia » est le message qu’elle a voulu laisser à ses descendants.

Je suis Aradia,
Fille de la Mer,
Et Fille du Vent,
Fille du Soleil,
Et Fille de la Lune,
Fille de l’Aube,
Et Fille du Crépuscule,
Fille de la Nuit,
Et Fille des Montagnes.

Et j’ai chanté la chanson de la Mer.
Et j’ai écouté le soupir du Vent;
J’ai entendu les secrets cachés du Soleil,
Et j’ai bu les larmes de la Lune;
J’ai vu la beauté de l’Aube,
Et la peine du Crépuscule;
Je me suis couchée sous la plus sombre des Nuits,
Et j’ai vu la force des Montagnes.

Car je suis plus forte que la Mer,
Et plus libre que le Vent,
Je suis plus éclatante que le Soleil,
Et plus changeante que la Lune;
Je suis l’espoir de l’Aube,
Et la paix du Crépuscule;
Je suis plus mystérieuse que la Nuit,
Et plus âgée que les Montagnes,
Plus âgée que le Temps lui-même.
Car je suis celle qui était,
Qui est,
Et qui sera,
Car je suis Aradia.

© Vivianne Crowley

Historiquement, on trouve la trace d’autres Aradia : celle connue en tant que Reine des Sorcières, fille de Diana et de Lucifer, la sainte femme qui aurait vécu au 14e siècle et qui serait à l’origine du renouveau des traditions et celle, selon la Bible, appelée Hérodias, qui serait responsable de la décapitation de Jean-Baptiste.

En 1890, le folkloriste Charles Leland a publié un livre intitulé Aradia ou l'évangile des sorcières.

Lasa & Lare

Dans la tradition Strega, les Lasa et les Lares [« lar-ray »] sont des esprits connectés au pratiquant. Ce sont aussi les protecteurs des anciennes traditions et du peuple qui respecte les antiques croyances.

* Lasa : Esprits protecteurs de l’Ancienne Voie, que l’on peut évoquer afin de recevoir de l’aide.
* Lares : Esprits de la Famille, auxquels sont dédiés un autel dans la maison (placé à proximité du foyer) et à qui ont fait régulièrement des offrandes (vin, miel, lait et fleurs).

Les Gardiens

Partie intégrante du système de croyances, les Gardiens ou, quel que soit le nom qu’on leur donne (anges, conscience supérieure, guides), sont les intermédiaires entre les Dieux et les humains. Chacun d’entre eux est « responsable » d’une direction dans le Cercle. Ainsi, on les appelle pour celui-ci, mais on ne leur adresse pas de demande.

* Grigori : Gardiens des portails entre les mondes.
* Alpena : Gardien du portail oriental entre les mondes [Est]
* Meana : Gardien du portail occidental entre les mondes [Ouest]
* Settrano : Gardien du portail méridional entre les mondes [Sud]
* Taga : Gardien du portail nordique entre les mondes [Nord]

pentacleitalien
Pentacle italien (auteur inconnu)

  • Quelques Définitions

Stregheria : Sorcellerie [« stray-gare-e-ah »].
Strega : Sorcière [« stray-gah »].
Stregone : Sorcier [« stray-go-nay »].
Congrega : Coven ou Groupe.
Boschetto : Coven ou Groupe [« boss-ket-oh » – italien moderne].
Trequenda : Sabbats [« tray-gwen-da » – signifie « trimestre » en italien moderne].

Tregua : Rassemblements de la pleine lune [« tray-gah »].
Veglione : Cérémonies de pleine lune [« vay-lee-oh-nay »].

Jettatura : Le mauvais œil.
Malocchio : Le mauvais œil [« ma-lock-ee-oh » – italien moderne].
Benandanti : Bonne sorcière.
Malandanti : Mauvaise sorcière.

Veglia : Transmission orale des traditions et de l’histoire familiale [« vay-lee-ah »].