US Army Chaplain’s Handbook

Téléchargez le cours : Intégrez la magie dans votre quotidien

US Army Chaplain’s Handbook. Traduction Véro.

NdlT : L’armée américaine a préparé un livre pour guider ses aumôniers quand ils sont face à des soldats pratiquant une foi inhabituelle. Ce livre est « religious requirements and practices of certain selected groups : a handbook for chaplains » (1990). Les pages 231 à 236 contiennent une excellente description de la wicca.

ADRESSE : pas d’adresse centrale. Les groupes d’adorateurs wiccan, appelés covens, sont essentiellement autonomes. Un certain nombre toutefois sont affiliés au :

Covenant of the Goddess
P.O. Box 1226
Berkeley, CA 94704

AUTRES APPELLATIONS : Witchcraft (Sorcellerie), les adorateurs de la Déesse, néo-paganisme, paganisme, paganisme norois (ou toute autre appellation ethnique), religion de la terre, vieille religion, druidisme, chamanisme. Notez que tous ces groupes ont certaines similitudes fondamentales et de nombreuses différences avec la wicca.

DIRECTION : pas de direction centrale. Dans le Covenant of the Goddess on élit chaque année un officier supérieur et il y a une limite constitutionnelle de deux mandats consécutifs, mais dans les faits la plupart des officiers n’ont servi que durant une année. En 1991 il y a eu deux premiers officiers, Phoenix Whitebirch et Brandy Williams.

NOMBRE DE MEMBRES : du fait de la complète autonomie des covens ce chiffre ne peut être déterminé. Il y a environ 50 000 wiccans aux États unis.

ORIGINE HISTORIQUE : La wicca est une résurgence de l’adoration de la nature des tribus européennes, fortement influencée par les traditions de même type des peuplades tribales des autres parties du monde. Les œuvres d’écrivains du vingtième siècle, tels que Margaret Murray, Robert Graves et Gerald B.Gardner, ont fait débuter le renouveau d’intérêt pour l’ancienne religion. Après la révocation des lois contre la sorcellerie en Angleterre en 1951, Gardner s’est autoproclamé publiquement comme étant sorcière et commença à réunir un groupe d’étudiants et de pratiquants. En 1962 deux de ses étudiants, Raymond et Rosemary Buckland (noms sorciers : Lady Rowen et Robat) ont émigré aux États unis et ont commencé à enseigner la sorcellerie Gardnérienne ici. Dans le même temps, d’autres groupes de personnes s’intéressèrent au sujet en lisant les livres de Gardner et des autres. De nombreux covens furent spontanément formés, utilisant des rituels créés à partir d’une combinaison de recherche et d’inspiration personnelle. Ces covens autocréés sont considérés aujourd’hui comme tout aussi valides que ceux qui peuvent tracer un lignage jusqu’en Angleterre. En 1975 un groupement assez divers de covens qui souhaitait la sécurité d’une protection légale et les bénéfices accordés aux églises reconnues, forma le Covenant of the Goddess (CoG) qui est incorporé dans l’État de Californie et est reconnu par le Trésor Public. CoG ne représente ni tous, ni même la majorité des Wiccans. Un coven ou un individu n’est pas obligé d’être affilié au CoG pour pratiquer valablement sa religion.

CROYANCES DE BASE : Les wiccans honorent le sacré comme étant immanent à la Nature, souvent personnifié comme « mère terre » ou « père ciel ». En tant que polythéistes ils peuvent utiliser beaucoup d’autres noms pour leurs déités. Les individus choisiront souvent des déesses ou des dieux d’un quelconque panthéon du monde dont les histoires les inspirent particulièrement, et utiliseront ces déités pour focaliser leurs dévotions personnelles. De même les covens utiliseront des noms de déités particuliers pour être le focal du groupe et des noms sont souvent tenus secrets par les groupes.

US ARMY CHAPLAIN’S HANDBOOK

Il est très important de se souvenir que les wiccans ne vénèrent ni ne croient en « Satan » ou « le diable » ou quelque autre entité similaire. Ils disent que Satan est un symbole de la rébellion dans les traditions chrétiennes et juives. Les wiccans n’injurient pas la Bible. Ils la considèrent simplement comme un parmi d’autres systèmes mystiques dans le monde, qui mérite autant de respect que n’importe lequel d’entre eux. La plupart des groupes wiccans pratiquent également la magie, ce qui pour eux signifie l’utilisation et la direction d’énergie psychique, ces forces naturelles, mais invisibles qui sont autour de toute chose vivante. Certains membres épellent le mot « magick » pour bien le distinguer de l’activité des prestidigitateurs et illusionnistes. Les wiccans emploient des moyens tels que la danse, le chant, la visualisation et l’hypnose pour focaliser et diriger l’énergie psychique dans les cas de guérison, protection ou aide à des membres dans diverses situations. Une telle assistance peut également être apportée à des non-membres à leur demande. Beaucoup, mais pas tous les wiccans croient à la réincarnation. Certains prennent cela comme la description littérale de ce qui arrive aux gens après leur mort. Pour d’autres c’est un modèle symbolique qui les aide à gérer les cycles et les changements dans leurs vies. Ni la réincarnation ni quelque autre croyance littérale ne peuvent être utilisées comme un test pour juger de la validité individuelle d’un membre de l’ancienne religion.

La plupart des groupes ont une collection manuscrite de rituels, connue sous le nom de Book of Shadows. Une partie de l’éducation religieuse d’un nouveau membre sera de copier à la main ce livre pour son usage personnel. Au fil des années, selon leur inspiration, de nouvelles pages y seront ajoutées. Normalement l’accès à ces livres est limité aux membres initiés de la religion.

PRATIQUES ET CONDUITE STANDARDS : la règle de base de la wicca est appelée la wiccan rede, et stipule « si tu ne nuis à personne, fais ce que tu veux ». Cette rede emplit le même office que les dix commandements pour les chrétiens ; tous les autres enseignements éthiques sont considérés comme étant des applications et des extrapolations de cette rede.

C’est un exposé d’éthique de situation, définissant la responsabilité individuelle en cas de nuisance aux autres, et donnant la plus large autonomie pour toutes les activités non nuisibles. La wicca a été décrite comme offrant une éthique à large choix. Du fait de l’orientation « Nature » qui est la base de la religion, beaucoup de wiccans considèrent que toute chose vivante est sacrée, et se sentent très concernés par tout ce qui a rapport à l’écologie. Pour cette raison, leur conscience individuelle poussera certains d’entre eux au pacifisme. Certains sont végétariens. D’autres penseront que dans la mesure où les lois de la nature incluent l’autodéfense, ils devront participer à certaines guerres qu’en leur âme et conscience ils considéreront comme étant justes. La religion ne leur donne pas d’autres directives, mais demande à ses membres de vivre en accord avec leur conscience.

Les pressions sociales n’autorisent pas actuellement les sorcières à déclarer publiquement leur croyance religieuse sans risquer de perdre leur travail, la garde de leurs enfants, de se ridiculiser, etc. Cette attitude envers les wiccans est le résultat de la confusion du public entre sorcellerie et satanisme. Les wiccans dans l’armée, et particulièrement ceux affectés dans des régions perçues comme particulièrement intolérantes, auront souvent dans leur dossier la note « pas de préférence religieuse ». L’extrême discrétion est la défense traditionnelle de la wicca contre les persécutions, aussi la non-déclaration de leur religion ne doit pas empêcher ses membres de participer aux services religieux s’ils en font la demande.

Les wiccans célèbrent 8 fêtes, appelées sabbats, en accord avec les rythmes saisonniers de la nature. Il s’agit des :

  • 31 janvier (appelé Oimelc, Brigit ou Veille de Février),
  • 21 mars (Ostara ou l’équinoxe de printemps),
  • 30 avril (Beltane ou Veille de Mai),
  • 22 juin (Midsummer, Litha ou le solstice d’été),
  • 31 juillet (Lunasa ou Lammas),
  • 21 septembre (les moissons, Mabon ou l’équinoxe d’automne),
  • 31 octobre (Samhain, Sowyn ou Hallows)
  • et 21 décembre (Yule ou le solstice d’hiver.)

Certains groupes pensent que les réunions peuvent se faire dans les quelques jours autour de ces dates, d’autres sont plus pointilleux. De plus la plupart des groupes se rencontreront pour ritualiser à chaque pleine lune, et certains le feront aussi à la nouvelle lune. Les rencontres dans un but d’étude de la religion se feront le plus souvent à n’importe quel moment qui convienne aux membres, et les rituels peuvent avoir lieu à chaque fois qu’il en est besoin (par exemple pour une guérison). Les bijoux rituels sont particulièrement importants pour la plupart des wiccans. En plus d’être des symboles de leur appartenance religieuse, ces talismans sont souvent bénis par le coven duquel ils dépendent, et sont considérés comme étant porteurs de l’énergie protectrice et guérisseuse du coven.

ORGANISATION STRUCTURELLE : la plupart des wiccans se rencontrent dans le cadre des covens, petit groupe de personnes. Chaque coven est autonome. La plupart sont dirigés par une grande prêtresse, souvent assistée d’un grand prêtre. Certains sont dirigés par un grand prêtre ou une grande prêtresse sans assistance, et d’autres considèrent qu’ils font l’objet d’une rencontre de gens égaux. Les covens peuvent être composés uniquement d’hommes, uniquement de femmes, ou bien des deux, selon la préférence des membres. Chaque initié est considéré comme étant prêtre ou prêtresse. La plupart des covens sont de petite taille. 13 est le nombre maximum traditionnel, quoiqu’il ne soit pas une limite absolue. À cette taille les covens créent des liens étroits, ainsi les wiccans dans l’armée sont appelés à maintenir une forte affiliation à leur coven d’origine.

Il y a différentes traditions de wicca bien distinctes, tout comme il y a différentes dénominations dans le christianisme. Le spectre de la pratique wiccane peut être défini comme allant de « traditionnel » à « éclectique », avec des traditions, des covens et des individus qui s’adaptent à ces classements. Une différence typique serait que les groupes les plus traditionnels suivent une liturgie, alors que les groupes éclectiques suivent leur inspiration du moment lors des cultes.

Ces distinctions ne sont pas très importantes pour les chapelains militaires, car il est peu probable qu’il y ait suffisamment de personnes d’une même tradition dans une base. L’absence d’adhésion à un modèle précis de tradition n’est pas un indicateur d’individualisme.

Tandis que beaucoup de wiccans se réunissent en covens, il y a aussi un certain nombre de solitaires. Il s’agit d’individus qui choisissent de pratiquer leur foi seuls. Ils peuvent avoir été initiés dans un coven, ou s’être auto initiés. Ils se joindront aux autres wiccans pour célébrer les grandes fêtes ou pour participer à des événements régionaux organisés par les plus grandes communautés.

LE RÔLE DES MINISTRES : Dans le cadre d’un coven traditionnel, la grande prêtresse, habituellement assistée par le grand prêtre, tient le rôle de leader lors des rituels, mais aussi de professeur et de conseiller pour les membres du coven et les païens non affiliés. Les covens éclectiques ont tendance à partager le leadership de façon plus équitable.

CULTE : les wiccans pratiquent généralement en groupe. Les individus qui ne sont pas affiliés à l’un ou l’autre coven, ou qui sont trop loin de chez eux, peuvent choisir de pratiquer en privé ou de former un groupe « sur le tas » à l’occasion des fêtes. Les observateurs non participants ne sont généralement pas bienvenus dans les rituels wiccans.

Certains, mais pas tous les covens wiccans, pratiquent nus (skyclad) comme un signe d’accord avec la Nature. La plupart, mais pas tous les covens wiccans, bénissent et partagent une coupe de vin lors des rituels. Pratiquement tous les wiccans utilisent un couteau rituel personnel (athamé) pour focaliser et diriger l’énergie personnelle. Les covens possèdent aussi souvent une épée rituelle pour diriger l’énergie du groupe. Ces outils, comme tous les autres outils rituels, sont strictement personnels et ne devraient jamais être soustraits à leur propriétaire.

D’autres outils rituels communément utilisés sont, entre autres, un bol d’eau, un bol de sel, un encensoir et son encens, un disque gravé de symboles (pentacle), des statues, ou autres représentations de la déesse et du Dieu, et des bougies. La plupart des groupes vont bénir et partager du pain ou des gâteaux en accompagnement du vin. Tous ces objets sont utilisés tant lors de rituels privés que lors de rituels en groupe.

RESTRICTIONS ALIMENTAIRES : aucune

RECOMMANDATIONS QUANT AUX ENTERREMENTS ET FUNÉRAILLES : aucune. La reconnaissance du décès d’un membre prend place dans le cadre du coven, sans que le corps du décédé soit présent. Les outils rituels, les matériaux ou les écrits trouvés dans les effets personnels du décédé devront être retournés à leur coven d’appartenance (en fait un membre désignera une personne à laquelle ces articles devront être retournés).

Il est souhaitable pour une grande prêtresse ou un grand prêtre wiccan d’être présent au moment du décès, mais ce n’est pas strictement indispensable. Si cela n’est pas possible, la meilleure assistance consisterait à faire en sorte que le membre se sente aussi bien que possible, écouter tout ce qu’il pourrait avoir à dire, réaliser autant que possible ses souhaits, ou encore le laisser aussi seul et tranquille que possible.

TRAITEMENT MÉDICAL : Pas de restrictions médicales. Les wiccans, en général, croient en l’efficacité de l’art de guérir spirituel ou psychique s’il est couplé à un traitement médical standard. De ce fait, à la demande du patient, d’autres wiccans devront être autorisés à lui rendre visite, comme s’ils faisaient partie de la famille, ceci inclut l’accès à l’unité de soins intensifs. Beaucoup de wiccans croient qu’on peut leur envoyer des énergies guérisseuses à grande distance, ainsi, si possible, en cas de conditions médicales sérieuses, les membres du coven d’appartenance devront être prévenus.

AUTRES : Les wiccans peuvent aussi bien faire carrière dans l’armée qu’être objecteurs de conscience.

Les wiccans ne font pas de prosélytisme, et généralement rejettent ceux qui en font. Ils croient qu’il n’y a pas une seule voie vers le sacré qui serait valable pour tout le monde, et voient leur propre modèle religieux comme un parmi beaucoup d’autres tout aussi efficaces. Les wiccans respectent toutes les religions qui mettent en avant l’honneur et la compassion et attendent des autres le même respect. Les membres sont encouragés à s’informer sur toutes les fois, et sont autorisés à assister aux cultes des autres religions, si tel est leur désir.

OUVRAGES GÉNÉRAUX :

La meilleure étude générale du mouvement wiccan et néo-païen est :

  • Adler, Margot. Drawing Down the Moon. Boston: Beacon Press,1986.595pp

Pour plus d’informations spécifiques à propos de la wicca éclectique, lire :

  • Starhawk. The Spiral Dance. New York: Harper & Row, 1979.

Pour plus d’informations à propos de la wicca traditionnelle, lire :

  • Farrar, Janet and Stewart. Eight Sabbats for Witches. London: Robert Hale, 1981. 192~.
  • Farrar, Janet and Stewart. The Witches’ Way. London: Robert Hale, 1984. 349pp.

POUR PLUS D’INFORMATIONS, CONTACTER :

Pagan Military Newsletter c/o Terri Morgan, Editor 829 Lynnhaven Parkway 114-198 Virginia Beach, VA 23452

En raison de l’autonomie de chaque coven et de la grande diversité des pratiques rituelles spécifiques, la meilleure personne à contacter serait la grande prêtresse ou un autre leader des membres du coven du lieu de résidence.