Le tambour selon Gerald Gardner

Extrait de « Witchcraft Today ». Traduction et adaptation Tof.

Elles [les sorcières] m’ont montré un petit tour avec de la musique que je décris dans mon roman « High Magic’s Aid », dans un chapitre intitulé « magie musicale ». Elles m’ont dit qu’elles pouvaient faire que je me sente mal, je ne les ai pas crues, alors elles m’ont fait asseoir et m’ont attaché de manière à ce que je ne puisse plus me lever. Ensuite, une d’entre elles s’est assise en face de moi et a commencé à jouer un peu de tambour. Pas une mélodie, juste un tom tom tom régulier. Au début nous riions et discutions… cela m’a paru durer une éternité, alors que je savais qu’il n’en était rien puisque je pouvais voir la pendule.

Le tom tom tom continuait me rendant malade; elles me regardaient et me faisaient des grimaces, et ces grimaces me courrouçaient. Je réalisais que le tom tom tom allait un peu plus vite et que mon cœur battait la chamade. J’avais chaud, je me sentais dégouliner de sueur, leurs grimaces idiotes m’agaçaient. Soudain, je devins furieux et souhaitais quitter cette chaise; je me débattais en essayant de me lever, mais dès que j’ai commencé à me débattre, elles ont changé de rythme, et ma colère a disparu.

J’ai dit: « ce n’est que de la suggestion », mais elles insistaient et disaient que c’était quelque chose de plus – un vieux secret qui était utilisé pour que les hommes se battent comme des fous avant une charge. J’ai lu que dans l’armée napoléonienne il y avait des tambours qui jouaient le pas de charge et qui poussaient n’importe qui à se battre ; et je suppose que les cornemuses écossaises de guerre ont la même fonction.