La respiration du cœur, Kokoro no kokyu

Kokoro no kokyu. Par James Deacon ©, traduction Artus

La respiration du cœur : émanant l’Amour, la Gratitude et la Compassion.

Cette technique est issue d’une « conglomération » informelle de diverses pratiques et techniques regroupées sous le nom de reiryoku no michi :

« le chemin du pouvoir spirituel »

ou alternativement :

« le chemin du pouvoir de l’âme »

Cette méditation est généralement réalisée assis en seiza (cependant, pour les étudiants qui ne sont pas très souples, non accoutumés à « s’asseoir sur leurs talons » – qui trouvent que de s’asseoir en seiza est inconfortable (et donc qui distrait) – la plupart des pratiques peuvent être réalisées dans d’autres positions plus familières et confortables.)

Fermez les yeux et centrez-vous sur votre hara : concentrez votre conscience sur votre seika tanden – une zone profonde à l’intérieur de votre corps à mi-chemin entre le nombril et le haut de votre os pubien.

Pendant un instant, soyez simplement « là » – silencieux et paisible « observant votre respiration » : vaguement concentré sur le rythme naturel de votre respiration. Il n’y a pas d’interférence avec le processus naturel – ne cherchez pas à respirer consciemment – simplement pour être conscient du fait que vous respirez sans effort.

Après quelques instants – avec la concentration de votre conscience toujours dirigée sur votre seika tanden – dans l’œil de votre esprit, voyez et sentez l’énergie spirituelle qui coule venant du haut, comme un flux de lumière cristalline.

Et alors que vous inspirez – naturellement, sans efforts – la lumière spirituelle cristalline inonde votre couronne, et descend, coulant directement dans votre seika tanden.

A ce moment, avant que votre corps commence à expirer, soyez conscient que l’énergie spirituelle cristalline qui remplit votre seika tanden – sentez-la grandir plus forte et plus brillante dans votre seika tanden ; et, même pendant que votre corps expire, l’énergie spirituelle cristalline continue à se concentrer dans le seika tanden.

De cette façon, avec chaque inspiration sans effort, vous développez et construisez un réservoir de lumière dans votre seika tanden.

SOUVENEZ-VOUS – vous développez de la LUMIERE dans votre seika tanden, pas de la PRESSION.

Après quelques minutes, déplacez doucement la concentration de votre attention de votre seika tanden au centre de votre poitrine – dans la région du thymus – le « centre/plexus du cœur ».

Ce changement de conscience devrait être une douce transition.

Continuez, dans l’œil de votre esprit, de voir et sentir l’énergie spirituelle qui coule du haut, comme un flux de lumière cristalline.

Cependant, alors que vous inspirez – naturellement, sans effort – la lumière spirituelle cristalline inonde votre couronne, et descend, coulant directement dans votre plexus du cœur.

A ce moment, avant que votre corps commence à expirer, soyez conscient que l’énergie spirituelle cristalline qui remplit votre plexus du cœur – sentez-la grandir plus forte et plus brillante dans votre plexus du cœur, et alors que la lumière s’intensifie, vous êtes immergé dans un sentiment profond et intense d’Amour, de Gratitude et de Compassion.

Et maintenant, alors que votre corps expire, soyez conscient de l’énergie spirituelle cristalline qui irradie du plexus du cœur, partant dans toutes les directions, à l’infini, baignant et se répandant sur chaque chose vivante avec la même profondeur et intensité, ce sentiment d’Amour, de Gratitude et de Compassion.

Continuez cette conscience « d’irradiation de lumière » pendant aussi longtemps que vous vous sentez à l’aise.

Permettez à votre corps de garder son propre rythme de respiration naturelle. Il n’y a pas d’interférence avec le processus naturel – ne cherchez pas à respirer consciemment – simplement pour être conscient du fait que vous respirez sans effort.

Pour conclure cette pratique, réunissez vos mains en position gassho – saluez la Lumière qu’il y a en vous et en toute chose – et alors, tournez votre attention une fois de plus sur vos activités journalières.