Entrez en contact avec l’esprit de votre ville

Téléchargez le cours : Le voyage au tambour

The Urban Primitive: Paganism in the Concrete Jungle. Par Raven Kaldera et Tannin Schwarzstein, traduction Tof.

La plupart des rituels des sorts et des symboles païens viennent d’une époque plus ancienne et agricole. Les jours saints sont liés à la Roue de l’Année comme la voyaient les fermiers dont la nourriture dépendait de ce cycle; les rituels se concentrent autour de la fertilité. C’est une voie difficilement accessible aux citadins, car ils sont entourés par d’autres énergies. Les saisons ne sont pas les mêmes à la ville qu’à la campagne; les changements climatiques sont les mêmes, l’impact n’est pas le même, les citadins sont moins dépendants du climat. Même les cycles de la lune sont difficiles à observer en ville. Il y a plus de lumière la nuit, et les grands immeubles gênent l’observation de la lune lorsqu’elle est basse.

Pourtant, il est important de connaître vos racines, de se lier à vos modèles ancestraux, et au-dessus de tout surtout de comprendre d’où provient votre nourriture. Pour un citadin, la majorité de sa nourriture est produite loin de chez lui, et les citadins dépendent de leurs voisins ruraux pour presque tout ce qu’ils avalent. Ce lien est essentiel et devrait être apprécié, c’est pour cela que nous encourageons tous les citadins à s’éloigner régulièrement des centres urbains afin de se relier à l’esprit de la terre.

La ville a des énergies qui lui sont propres. D’abord, il y a tellement d’énergie un peu partout dans une ville, bien plus qu’à la campagne. La ville est un endroit sauvage, beaucoup plus proche du désert que des champs cultivés. L’énergie rurale est celle des plantes qui poussent docilement, en coopération avec l’homme. Tout comme les dieux des bois profonds et des marais sont beaucoup plus sauvages que les dieux des champs, les dieux des villes sont des créatures sauvages, avec un marais d’énergie urbaine tournant autour comme un tourbillon, comme le sable mouvant, comme un vortex. Il ne faudrait pas vivre très longtemps dans un endroit sans chercher à entrer en relation le dieu ou la déesse de l’endroit. Il est important de le faire.

L’énergie dans une ville, quelle que soit sa taille, est épaisse et compacte. Les ruraux peuvent aussi créer de la pollution psychique, mais il y a des filtres naturels, tels que les arbres, les fleuves, et les feuilles, pour l’absorber et la transformer. Comme le béton ne rectifie pas efficacement l’énergie, en ville, la pollution psychique tend à rebondir et rester dans l’atmosphère. Pendant que vous vous déplacez près d’une ville, vous pouvez vous sentir oppressé par de grandes vagues d’énergie qui passent au-dessus de vous; on peut comme si l’on plongeait dans l’océan pour la première fois. Au lieu de lutter contre le flux, essayez de vous laisser flotter dans le courant, comme un flotteur sur la surface de la mer.

Beaucoup de gens meurent en ville, c’est aussi dû à la population, le taux de criminalité et la multitude d’hôpitaux. Cela signifie qu’il y a plus de fantômes dans des zones urbaines qu’à la campagne ou dans les banlieues. Un grand nombre de ces fantômes voudront rester sur place. Vous pouvez les trouver hantant toujours leurs anciens quartiers, ils ont aussi pu être absorbés par le vortex qui est l’esprit de la ville. Oui, chaque ville a son esprit qui lui est propre et qui est formé par l’âme des vivants et des morts qui y séjourne. L’esprit spécifique de chaque ville a sa propre personnalité; sa nature peut changer avec le temps, mais cela se fait très progressivement, lorsque la structure de la population de la ville se modifie. Elle reflétera les attitudes et les opinions de sa population, y compris des différences de classe, des cultes, de pauvreté, et de richesse. L’afflux massif d’immigrés de cultures étrangères, ou la croissance de nouvelles industries qui peut changer avec le temps la nature de l’esprit de ville.

Les esprits des villes sont, sans surprise, des créatures tout à fait sociales, et ils aiment être reconnus, ainsi vous trouverez intérêt à apprendre à leur parler. Cela peut prendre un certain temps au début ; ils ont beaucoup pour faire et beaucoup de voix à écouter, votre voix n’est qu’une voix parmi tant d’autres, mais continuez à leur parler et ils vous entendront peut être et vous répondrons. Ensuite, attendez-vous à les rencontrer plus régulièrement. Ils peuvent aussi devenir possessifs à votre égard, et essayer de vous empêcher de vous éloigner d’eux. Vous pouvez aussi vous éloigner de l’esprit de ville si vous souhaitez partir bientôt.

Pour vous présenter à l’esprit de ville, vous devez trouver le cœur de la ville, ou l’endroit qui est le plus fort. Le cœur de la ville n’est pas forcément l’endroit que vous désigneront ses habitants. Dans les très grandes villes, telle New York, la ville a son cœur, mais chaque quartier a aussi son propre cœur (par exemple, le cœur de New York est situé quelque part dans Manhattan).

Vous pouvez commencer en recherchant un terrain communal, ou l’endroit qui l’était lors de la fondation de la ville. Un endroit où les gens se réunissent spontanément est un cœur probable. Recherchez les parcs où les gens se retrouvent, ou le plus vieux bâtiment de la ville. Parfois le cœur est évident et tout le monde pourra vous l’indiquer. On peut citer l’exemple du puits au centre de la place de Harvard qui est le cœur de Cambridge. D’autres fois ce peut être plus compliqué. Comme le sang entre et sort sans arrêt d’un cœur humain, le cœur d’une ville sera à l’endroit où l’énergie entre et sort le plus rapidement.

Lorsque vous l’aurez trouvé, s’il a un bâtiment ou une statue qui est central adossez-vous contre elle, asseyez-vous sur ses marches. En pensées, présentez-vous et demandez-lui comment faire. Les villes aiment qu’on leur demande, car elles seules ont la réponse.

Après avoir établi un contact, reposez-vous tranquillement et respirez. Regardez autour de vous et observez tout. Imaginez que vous êtes un caméscope vivant, enregistrez dans votre esprit une image de tout ce qui constitue le cœur de la cité. Lorsque vous aurez contacté l’esprit de la ville et plaisanté avec lui, vous devriez pouvoir lui parler dans toute la ville. Vous devriez lui faire de temps, à autre des offrandes, par exemple de la nourriture et une boisson traditionnelle de la région. Ce peut être de la nourriture mexicaine à San Antonio (Texas), ou de la nourriture italienne à Long Branche (New Jersey).